Tendance à suivre

Art Cologne, la force tranquille du marché occidental

 | Dans le pool des foires incontournables depuis sa création en 1967, Art Cologne avait largement perdu sa position pilote au cours des années 2000 face à l’émergence d’un marché très concurrentiel des foires. Dans un objectif de re-internationalisation, son nouveau directeur Daniel Hug amorce depuis 2009 une stratégie payante, un haut degré d’exigence, qui tend à la re-qualifier aujourd’hui parmi les foires majeures.

ART COLOGNE 2015, Eingang Süd © Koelnmesse Image
1 / 9
ART COLOGNE 2015, Eingang Süd
© Koelnmesse Image

Avec plus de 200 galeries venues de 23 pays, USA, Europe, très peu d’Asie, Art Cologne marque clairement sa spécificité en phase avec un principe de réalité : positionner et activer le marché occidental international, s’appuyer sur l’efficacité de réseaux sur le terrain des galeries et des collectionneurs non seulement allemands mais ciblés dans le monde entier (présence des Rubell), résister au marketing et à la communication à outrance, éliminer tout effet de mode et jeux de tapis rouge people, ancrer la culture du négoce ou de l’investissement responsable.

Après avoir fait revenir les galeries non allemandes d’influence ou leader, Art Cologne s’associe en 2013 à NADA (New Art Dealer Alliance) qui définit les règles du nouveau secteur Collaboration pour régénérer la foire d’un vivier de galeries internationales prospectives : partage d’un stand par deux galeries, ou présentation d’un projet collaboratif.

L’édition 2015 innove en mettant particulièrement l’accent sur les meilleures conditions pour laisser aller la libre pensée des collectionneurs avec une lecture lisible de la foire sur trois étages qui sectorisent trois Espace/Temps du XXè au XXIè siècle : au niveau bas, les tendances de long terme sur l’espace Art Moderne et après guerre; au niveau médium, les tendances actuelles et les grands noms dans l’espace dédié à l’Art contemporain international; en haut, l’espace prospectif des artistes émergents ou des redécouvertes. Une articulation efficace qui a eu pour effet de faciliter la compréhension d’ensemble, mieux cibler les achats et par conséquent stimuler les transactions; la conception de l’espace VIP rompt aussi avec le mimétisme des autres foires, osant une large zone confortable de repos sous un éclairage tamisé pour canaliser la difficile assimilation d’informations et d’images que la visite d’une foire produit habituellement en concentrant l’espace et le temps. Avec une certaine force tranquille, Art Cologne tisse ses atouts d’une grande foire internationale à l’esprit occidental.

Nina Rodrigues-Ely
Publié le 16/05/2015
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

ART COLOGNE 2015, Eingang Süd © Koelnmesse Image Prix ADKV-ART COLOGNE Gerrit Gohlke (Conseil ADKV-), Hans-Jürgen Hafner (Directeur Kunstverein de Rhénanie et Westphalie), Daniel Hug (directeur de ART COLOGNE) © Koelnmesse Image Stand: Nächst St. Stephan, Halle 11.2 © Koelnmesse Image Stand: PSM, Halle 11.3 © Koelnmesse Image Stand: OHWOW, Halle 11.3 © Koelnmesse Image Konrad Fischer Galerie at Art Cologne 2015 © Koelnmesse Image Stand: Persano, Halle 11.2 © Koelnmesse Image Galerie von Vertes at Art Cologne 2015 © Koelnmesse Image Stand: Blain I Southern, Halle 11.2 © Koelnmesse Image

ART COLOGNE 2015, Eingang Süd
© Koelnmesse Image

« 1 / 9 » ×