Signe à capter

Art-Cologne dans la course internationale

Marché de l'art | La scène artistique d’après guerre dominée par les Etats-Unis avait favorisé une nouvelle liberté, de nouvelles attitudes et pendant que Paris perdait peu à peu sa position de leadership du marché de l’Art Moderne, New York devenait la capitale mondiale de l’art contemporain. C’est en Allemagne de l’ouest, héritière d’une culture marchande depuis le Moyen-Age (foire du livre de Frankfort), particulièrement en Rhénanie, riche et industrielle, que naît l’idée de foire d’art contemporain. La Kunstmarkt Köln 67 voit le jour grâce à deux marchands Hein Stünke et Rudolf Zwirner qui ont eu aucun mal à fédérer un ensemble de galeries venues d’autres lands, à structurer une organisation dans le but de faire exister la jeune génération d’artistes allemands face au marché américain.
Jusqu’aux années 2000, Art-Cologne s’était positionnée dans le pool des deux foires majeures incontournables, avec Art Basel. Après une perte de vitesse car considérée comme « trop allemande » , son nouveau directeur depuis 2009 Daniel Hug engage une stratégie d’influence et d’internationalisation en phase avec les enjeux de la mondialisation du marché de l’art.

Art Cologne © Art Cologne
Art Cologne
© Art Cologne

Nina Rodrigues-Ely
Publié le 08/04/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Art Cologne © Art Cologne

Art Cologne
© Art Cologne

×