Analyse à décoder

Psychanalyse du jardin

Analyse à décoderArt contemporain | Dans Des espaces autres (1967), Michel Foucault écrit que «  le jardin, c’est un tapis où le monde tout entier vient accomplir sa perfection symbolique, et le tapis, c’est une sorte de jardin mobile à travers l’espace. Le jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde. Le jardin, c’est, depuis le fond de l’Antiquité, une sorte d’hétérotopie heureuse et universalisante”. Foucault explique combien les hétérotopies ou espaces autres sont des lieux à l’aspect double  : ils font bien partie des structures quotidiennes où l’on vit, mais ils sont en même temps « à part  » dans la mesure où ils ont pour fonction de réfléchir une société. Depuis des millénaires et dans chaque civilisation, le jardin réfléchit un état d’une société, d’une organisation humaine. Il s’agit d’un microcosme du monde vu par une culture singulière, ou pourrions-nous dire, une «  contraction  » du monde, sa densification.

Miguel Chevalier, Magic Carpets, Castel del Monte, Italie, 2014 © Miguel Chevalier
1 / 16
Miguel Chevalier, Magic Carpets, Castel del Monte, Italie, 2014
© Miguel Chevalier

Microcosme transportable

Le jardin comme le tapis oriental sont à l’origine des représentations structurées, des organisations conceptuelles du monde. Tous deux se présentent en premier lieu comme des structures où se superposent ensuite ornements et végétations. De l’un à l’autre, il y a changement d’échelle et changement de dimension. La rosace que l’on trouve au centre de nombreux tapis orientaux devient la vasque d’eau dans le jardin oriental, c’est l’ombilic autour duquel s’organisent souvent les quatre parties du monde. Le tapis est un microcosme portable auquel se réfèrent les artistes pour questionner les représentations du monde et nos rapports à celles-ci. Il est très présent dans la peinture […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Lire aussi

Liens externes

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Miguel Chevalier, Magic Carpets, Castel del Monte, Italie, 2014 © Miguel Chevalier Vue de l’exposition Jardins, Grand Palais Giuseppe Penone, Verde del bosco con camicia (vert du bois avec chemise), collection particulière © Adagp, Paris 2017 / Archive Penone Vue de l’exposition Jardin infini,Centre Pompidou Metz,Ernesto Neto, Flower Crystal Power, 2014 © The artist and Tanya Bonakdar Gallery Johannes Vermeer, Le Géographe (1668-1669) © Städelches Kunstinstitut, Francfort Faig Ahmed, Wave Function, 2016, Liquid Series, 110 x 250 cm, handmade woolen carpet © Faig Ahmed Michelangelo Pistoletto, The Mirror of Judgement, 2011 © Serpentine Gallery, Londres Roman Ondak, pavillon tchèque, biennale de Venise 2009 © Photo: contemporary art daily Jean-Pierre Bertrand: Consubstantiellement ou l’instant unique, Musée Picasso, Antibes, France, 2004 - solo show © Jean-Pierre Bertand Planche de Hypnerotomachia Poliphili © DR Robert Morris, Glass Labyrinth, 2014 © Nelson Atkins Museum, Kansas City Ellsworth Kelly, Briar, 1961 © Wadsworth Atheneum Museum of Art, Hartford Miguel Chevalier, Sur-nature, 2014, installation générative et interactive © Miguel Chevalier Robert Smithson, Bingham Copper Mining Pit, Reclamation Project, 1973 © DR Robert Smithson, projet pour Mangrove Ring, Summerland Key, Floride, 1971 © DR Piero Gilardi, Tappeto Natura, 1966 © DR Robert Irwin, jardin du Getty Center © Getty Center

Miguel Chevalier, Magic Carpets, Castel del Monte, Italie, 2014
© Miguel Chevalier

« 1 / 16 » ×


©

×