Analyse à décoder

Cas de collectionneur : Jacques-Antoine Granjon

Analyse à décoderArt contemporain | « La clé dans l’art après l’émotion, c’est la connaissance ». Repensant le fil de son enfance Jacques-Antoine Granjon se souvient de la passion de son grand-père pour Fernand Léger ; un univers fascinant pour cet entrepreneur de travaux public qui aurait bien voulu acheter des tableaux de l’artiste « alors que sa femme l’en empêchait en lui disant que cela ne servait à rien ». Jacques-Antoine Granjon révèle son ancrage fondateur : avoir eu la chance de voyager et de parcourir les musées avec ses parents qui, sans être des collectionneurs, l’ont très tôt intéressé à l’art, lui ont donné « une ouverture d’esprit, une éducation et le goût d’entreprendre ».

Jacques-Antoine Granjon © Photo Philippe Soubirot
1 / 5
Jacques-Antoine Granjon
© Photo Philippe Soubirot

Après des études de commerce, il crée à 22 ans une entreprise de déstockage ; gagne sa vie vite, vit intensément la créativité de son époque, traduit le travail acharné en vie, la vie en plaisir décomplexé. Il s’y nourrit une expérience de terrain sans cesse développée qui fondera une réussite fulgurante dès 2004 récompensant quatre difficiles années de constance pionnière dans l’e-commerce.

La première œuvre

A 22 ans. Un tableau du peintre russe Igor Andreev, « Le chien jaune » payé en 10 fractions de 1000 francs à la galerie Down Town, aujourd’hui installé dans la chambre de son fils. Suivront les artistes de l’effervescence artistique des années 80, Combas, Basquiat... Un lien fort avec le designer Pucci de Rossi. Première FIAC en 85, entraîné par son amie de l’époque Cécilia de Rosnay.

La collection

« Je ne me définis pas comme un collectionneur, mais comme un acheteur compulsif guidé par l’émotion ». Il accumule, absorbe à travers ses acquisitions émotionnelles tous les signaux propres à son époque, révélés par les artistes actuels : poésies urbaines (BP, Takis, Cesar), icônes (David La Chapelle), force expressive d’images (Erwin Olaf), de mises en scène (David Mach), symboliques contemporaines à l’esprit Néo Pop (Sylvie Fleury). Dans son bureau règne un chaos apparent, organisé autour de deux œuvres en pôles inversés : derrière son siège, une peinture de Yan Pei-Ming achetée en 1994, un portrait de Mao - dont une partie du visage est violemment effacée par un coup d’éponge - rappelle « l’impermanence du monde » ; face à lui, une photographie de Pierre & Gilles intitulée « L’importance d’être constant ». Un seul regret, de nombreuses pièces encore dans des caisses qui attendent leur place.

L’argent

De l’énergie. « L’argent me permet de faire beaucoup de choses ; il est fait pour circuler ; je suis pour imposer ceux qui ne le font pas circuler ».

L’art contemporain

En lien avec la vie. « Je suis sensible au vivant sous toutes ses formes ». Les œuvres de sa collection personnelle se tissent avec saveur dans l’activité des espaces de travail de vente-privee.com et agissent comme des stimuli visuels sur les collaborateurs et les visiteurs. « Ce qui compte pour un entrepreneur, c’est d’être créatif ». Quoi de mieux que la proximité des artistes pour décadrer les esprits, insuffler la culture de la création dans la vie de l’entreprise. Aujourd’hui, les artistes « font réfléchir, donnent un angle de vision différent », « révèlent et exorcisent la comédie humaine de la vie ».

Jacques-Antoine Granjon, également président du conseil d’administration du Palais de Tokyo depuis 2012, a une obsession citoyenne en tête : « l’art doit être au cœur de la cité ». Favoriser et démultiplier l’accès des musées aux jeunes européens par des ventes de packs d’abonnement sur vente-privee.com après le succès de ce catalyseur hors pair pour le Palais de Tokyo.

Nina Rodrigues-Ely / Virginie Bertrand
Publié le 15/11/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Télécharger

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Jacques-Antoine Granjon © Photo Philippe Soubirot Jacques-Antoine Granjon © Olivier Roller Atrium vente-privee.com © DR Headquarters vente-privee.com © DR Headquarters vente-privee.com © DR

Jacques-Antoine Granjon
© Photo Philippe Soubirot

« 1 / 5 » ×


©

×