Signe à capter

Art X Lagos: ''africapitalisme'' culturel

Marché de l'art | En Afrique, le marché de l’art contemporain fait son chemin. Le succès de la deuxième édition de ART X confirme l’existence d’un engouement pour les arts visuels du continent mais également la présence d’une communauté d’acheteurs grandissante.

Olalekan Jeyifous - Makoko Canal Lagos © 50 Golborne
1 / 4
Olalekan Jeyifous - Makoko Canal Lagos
© 50 Golborne

En Afrique, le marché de l’art contemporain fait son chemin. Le succès de la deuxième édition de ART X confirme l’existence d’un engouement pour les arts visuels du continent mais également la présence d’une communauté d’acheteurs grandissante. A Lagos, capitale commerciale et culturelle du Nigéria, le ralentissement de l’économie liée au cours du pétrole n’empêche pas la nouvelle génération de se retrouver. Dans une ambiance effervescente, Tokini Peterside, la directrice trentenaire, réussit à réunir 9000 visiteurs pour les trois jours de sa foire composée de 14 galeries, dont une majorité installée sur le continent : 5 galeries nigériannes, dont Retro Africa ou Signature Beyond, des galeries en provenance de Côte d’Ivoire, du Ghana ou du Sénégal. On note également la présence de Stevenson basée à Cape Town et de deux galeries londoniennes, Tiwani et TAFETA. Dans une perspective commerciale décomplexée, la foire propose des œuvres aux prix accessibles, entre 2000 et 100 000 USD. Ce qui incite une jeune génération de collectionneurs, d’ici ou d’ailleurs, à investir les lieux pour découvrir les œuvres des artistes présentés. En s’appuyant sur ses connexions, notamment familiales, Tokini Peterside convie à sa foire des artistes majeurs de la scène africaine moderne et contemporaine. L’exposition inédite de sept sculptures de Ben Enwonwu, pionnier dans la reconnaissance de l’art moderne nigérian, associée au Colouring Danfo d’Olalekan Jeyifous facilite les croisements entre légitimité d’hier et création d’aujourd’hui. La remise d’un Prix Art X à Habeeb Andu, en partenariat avec Access Bank, souligne l’adoption de méthodes occidentales. Cette foire, au grand potentiel d’expansion, tant pour les artistes que pour les amateurs d’arts s’inscrit dans un souhait plus vaste de relocalisation des activités culturelles. Ce retour aux origines va de pair avec le développement d’une élite économique. Avec plus de 140 000 millionnaires sur le continent en 2016, chiffre en constante augmentation, de nouveaux acheteurs potentiels voient le jour. Accompagnées par un africapitalisme centré sur les intérêts locaux et aux valeurs de solidarité, l’avenir semble prometteur pour ces manifestations culturelles et les jeunes générations d’artistes en devenir.

Valentin Heinrich
Publié le 05/12/2017
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Olalekan Jeyifous - Makoko Canal Lagos © 50 Golborne Olalekan Jeyifous - Makoko Waterfront Lagos © 50 Golborne Le lauréat du ART X Prize 2017: Habeeb Andu entouré de Tokini Peterside et Amaechi Okobi de Access Bank (partenaire de ART X Lagos) © DR Tokini Peterside, Njideka Akinyili Crosby, Mobolaji Balogun durant 'In conversations with Njideka Akinyili Crosby' © DR

Olalekan Jeyifous - Makoko Canal Lagos
© 50 Golborne

« 1 / 4 » ×