Tendance à suivre

Résidences d'entreprise, vers un modèle de mécénat "productif"

Art & entreprise | Le programme PACT (E), initié et conçu depuis 2018 par la directrice du Carreau du Temple Sandrina Martins, renouvelle la pratique de résidences d’artistes en entreprise. Il se traduit en 2019 par la première biennale dédiée, formalise un mécénat actif tourné vers la valorisation des compétences à l’interne et ouvre la voie vers un nouveau mode de production d’œuvres.

Emmanuel Régent, Le naufrage de l’Espérance (La mer de glace), détail, 2019 © Tadzio – Fondation d’entreprise Hermès
Emmanuel Régent, Le naufrage de l’Espérance (La mer de glace), détail, 2019
© Tadzio – Fondation d’entreprise Hermès

Des repères

Dans les années 2000, les domaines d’interventions de l’art dans l’entreprise se sont généralisés principalement en communication pour diffuser les visions et valeurs d’une marque : stratégie de marque, création produit et marketing, mécénat. Les secteurs concernent surtout les univers du luxe et de la mode, les banques, les spiritueux, la distribution (grands magasins, centres commerciaux) ; la communication interne n’étant pas considérée comme un objectif premier.

Un mécénat participatif

Le programme PACT (E) propose une expérience inclusive qui intéresse la vie de l’entreprise. Avant d’être chapeauté aujourd’hui par le Carreau du Temple, sa directrice Sandrina Martins initie cette pratique dans le cadre Marseille Capitale Européenne de la culture avec les Ateliers Euroméditerrannée ; des entreprises prennent en charge la production d’œuvres d’artistes en résidence... et s’ouvrent à un nouveau regard sur les artistes et la création contemporaine.

Alexandre Périgot, La Maison du Fada, 2013, Vue d’exposition, Biennale PACT(e), 2019 Paris © Photographie : Thomas Cecchelani © Le Carreau du Temple
Alexandre Périgot, La Maison du Fada, 2013, Vue d’exposition, Biennale PACT(e), 2019 Paris
© Photographie : Thomas Cecchelani © Le Carreau du Temple

Aujourd’hui, le programme fonde un partenariat tripartite entre l’entreprise et l’artiste sous le pilotage du Carreau du Temple qui accompagne sur le terrain le projet et sa réalisation. Le financement est en principe partagé entre le Carreau du temple à hauteur de 30% et l’entreprise à hauteur de 70%. Tous les types d’entreprises peuvent y adhérer de la PME-TPE au groupe.

Une biennale, un terrain d’observation

La première biennale de la résidence d’entreprise se tient en 2019. Elle fait le bilan des binômes artiste-entreprise depuis 2008, avec en toile de fond l’aventure humaine « au travail » comme facteur d’innovation sociale et entrepreneuriale. Un parcours de dix-neuf œuvres produites par les entreprises, sept issues de résidences portées par le Carreau du Temple entre 2018 et 2019 et douze issues d’autres initiatives. Il s’en dégage une multiplicité d’approches expérimentales au sein d’entreprises aussi diversifiées que la CPME Paris île-de-France (Florent Audoye), le chocolatier Jacques Genin (Taysir Batniji), Eau de Paris (Niel Beloufa), Eurogroup Consulting (Igor Antic), Briqueterie de Nagen (Nicolas Daubanes), La compagnie Française du Bouton (Sara Favriau) ou la Cristallerie Saint Louis (Emmanuel Régent)...
Le développement de cette pratique de résidence en entreprise se démarque du système de la commande d’entreprise, et pourrait constituer pour les artistes une nouvelle source de production d’œuvres, s’inscrivant dans un marché organique, non manipulé par les contraintes liées aux objectifs de communication. À suivre.

Sara Favriau, Spectres etc., 2018 - plâtre - dimensions variables © Courtesy de l'artiste et de la galerie Maubert © CNEAI
Sara Favriau, Spectres etc., 2018 - plâtre - dimensions variables
© Courtesy de l'artiste et de la galerie Maubert © CNEAI

Nina Rodrigues-Ely
Publié le 22/07/2019
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Emmanuel Régent, Le naufrage de l’Espérance (La mer de glace), détail, 2019 © Tadzio – Fondation d’entreprise Hermès

Emmanuel Régent, Le naufrage de l’Espérance (La mer de glace), détail, 2019
© Tadzio – Fondation d’entreprise Hermès

×


©

×