Tendance à suivre

Le hacking urbain, quand l'art incise la ville

Art contemporain | D’un contre-pouvoir vers une contre-culture, la logique du hacking appliquée à l’espace de la rue envisage la ville comme un champ d’expériences et de potentialités. À travers le prisme de l’art, le hacking urbain signifie une pratique de détournement des composantes de la sphère publique et de réappropriation du flux de réalités qui la dynamise.

Mark Jenkins © Courtesy Mark Jenkins
1 / 7
Mark Jenkins
© Courtesy Mark Jenkins

Bien que récente, l’expression “hacking urbain” s’envisage dans une optique transgénérationnelle. Elle qualifie un rapport au réel, à l’espace urbain, que l’on observe aussi bien dans la pratique de jeunes artistes que des figures historiques de l’art contemporain. Dès les années 1960, […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Mark Jenkins © Courtesy Mark Jenkins Collage du gisant sur les marches du métro Charonne, Ernest Pignon-Ernest, 1971 © Ernest Pignon-Ernest In 2005, the graffiti prankster Banksy surreptitiously hung a work in the Brooklyn Museum © Credit Courtesy of the Wooster Collective Mark Jenkins, Dublin © Mark Jenkins Martin Parker - Banksters Project - Détournement Détournement de boîte de dépôt bancaire, Paris, France - 2013 © Martin Parker Paris, artwork by Barnbrook, Klink & Friends, 2015 © Brandalism Kidult © DR

Mark Jenkins
© Courtesy Mark Jenkins

« 1 / 7 » ×


©

×