Tendance à suivre

Dans la tête de William Morris

Art contemporain | Les artistes questionnent avec une vision d’avance et explorent des terrains, des imaginaires qui seront ensuite empruntés par les mondes productifs de la mode, du design. On observe aujourd’hui une nouvelle porosité des univers dans le temps de leur création.

Roland Mellan © Roland Mellan / Yves Inchierman
1 / 9
Roland Mellan
© Roland Mellan / Yves Inchierman

Les frontières s’effritent, les codes sont bousculés par les artistes eux mêmes et les passerelles entre l’art et l’artisanat se retissent. L’esprit de William Morris, fondateur du mouvement Art and craft en 1888, proche des peintres Préraphaélites, ressurgit dans le vent contemporain alors que l’imaginaire de son époque voguait vers le Moyen-Age. Ses écrits furent l’objet du concours des Arts Déco ; l’exposition des artisans d’art au Palais de Tokyo, « Les artisans d’art se mettent en scène » lui emprunte une citation ; le salon Révélation (33.000 visiteurs en 4 jours) concrétise ses propos prônant le regroupement des artistes, des artisans d’art, des peintres, des sculpteurs et des architectes ; le Musée d’art moderne de la Ville de Paris organise, dans la lignée de Décor & Installations en 2012 par la commissaire Françoise Ducros, une exposition « Décorum, Tapis et Tapisseries d’artistes » dans l’esprit de la maison Artcurial qui se consacrait jadis à l’édition d’objets d’artistes... Ils s’assemblent pour la création d’installations, l’exploration de médiums et répondent aussi à une demande montante du marché. Bernardaud convoque des artistes comme Jeff Koons on Sophie Calle pour ses 150 ans, les deux tiers de la production de la manufacture de Sèvres est signée par des artistes. La céramique se révèle le médium privilégié de Miguel Barcelo, Klara Kristalova, Johan Creten, Grayson perry issu des Young British Artists... Retour à la terre, aux matériaux traditionnels comme le textile ou métal... Le décloisonnement se généralise au sein de l’enseignement dans les écoles comme l’ENSBA qui inscrit un partenariat avec la marque Nespresso pour la conception du visuel d’un sac ou l’école Duperré qui forme des étudiants à la crête des deux mondes comme les êtres métaphoriques de Jade Irribarria. Une nouvelle génération pointe dans les écoles, des visions hybridées, une nouvelle ère.

Virginie Bertrand / Nina Rodrigues-Ely
Publié le 24/09/2013
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Roland Mellan © Roland Mellan / Yves Inchierman Gyorgy Gaspar © Gyorgy Gaspar / Cergö Nagy Andreas Engesvik © Andreas Engesvik Jean-François Fouilloux © Jean-François Fouilloux Isabelle Bideau © Mobilier national / Isabelle Bideau - L’atelier de recherche et création Inger Johanne Rasmussen © Inger Johanne Rasmussen - Jeg Syr Sammen Teppe Haviland © Haviland - Manufacture européenne de porcelaine Miki Nakamura © Miki Nakamura, Anémone de mer dans sa boîte en plexiglass (15 x 15 x 15 cm) Création et photo © Jade Irribarria pour Duperré

Roland Mellan
© Roland Mellan / Yves Inchierman

« 1 / 9 » ×