Signe à capter

La Vidéo aux enchères

Marché de l'art | La vente #ArtVidéo organisée par l’étude Wapler en janvier 2014, la première du genre, rassemblait des pièces aussi diverses que des documents tous supports, des œuvres historiques, des œuvres de jeunes artistes ainsi qu’une « œuvre capsule » de Fred Forest, jouant sur le comportement de l’acheteur.

Première vente aux enchères d’art vidéo organisée par Vincent Wapler chez Drouot © Orevo
Première vente aux enchères d’art vidéo organisée par Vincent Wapler chez Drouot
© Orevo

Sur un catalogue de 159 pièces, 48 ont trouvé preneurs. Un CA prix marteau de 46.680 euros pour une estimation basse de 500.000 euros. Pour le premier marché, le médium vidéo n’influe pas sur les prix qui s’évaluent en fonction de la notoriété de l’artiste; il y est fortement déployé notamment par l’action de collectionneurs militants comme Isabelle et Jean-Conrad Lemaître qui construisent une collection exclusive de vidéo. Le 2nd marché en revanche met en adéquation des questions récurrentes : reproductibilité, obsolescence des supports, coût de conservation des supports et de leur remise régulière aux normes... Cette première étape vers le 2nd marché met en évidence un terrain encore à défricher. À suivre.

Vincent Kozsilovics
Publié le 26/02/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Liens externes

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Première vente aux enchères d’art vidéo organisée par Vincent Wapler chez Drouot © Orevo

Première vente aux enchères d’art vidéo organisée par Vincent Wapler chez Drouot
© Orevo

×