Signe à capter

Mode, Art & suite

Art & entreprise | Pièce d’Anarchive, « Archive » comme savoir-faire artisanal et « Anarchie » comme chaos, est le nom de la jeune griffe confidentielle des sœurs Royer, déjà consacrées par le prix de l’ANDAM. Leur collection printemps/été 2014, présentée au Palais de Tokyo, s’inspire et résonne avec le travail de l’artiste français Jean-Pierre Raynaud. A l’inverse des marques de luxe, la démarche de Déborah et Priscilla Royer s’appuie sur une réflexion autour du processus créatif ; part de l’œuvre maîtresse de l’artiste, sa maison construite en carreaux blancs et jointures noires, un lieu minimaliste et mystique, qu’il détruisit après 23 ans, en 1993. L’ensemble de la collection s’inspire du graphisme du carreau, du croisement. Jean-Pierre Raynaud collabore à la mise en scène d’une présentation avec un dispositif de containers des restes de sa maison, parabole de la destruction/ construction; les jeunes créatrices réactivent le questionnement de l’œuvre de cet artiste historique de 74 ans et partagent cette phrase « Ici tout est montré, rien est expliqué ».

Pièce d’anarchive © Jérémie Bouillon / Piece d’Anarchive & Jean-Pierre Raynaud
Pièce d’anarchive
© Jérémie Bouillon / Piece d’Anarchive & Jean-Pierre Raynaud

Virginie Bertrand
Publié le 11/10/2013
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Pièce d’anarchive © Jérémie Bouillon / Piece d’Anarchive & Jean-Pierre Raynaud

Pièce d’anarchive
© Jérémie Bouillon / Piece d’Anarchive & Jean-Pierre Raynaud

×