Trend in sight

Que révèle l'explosion des ventes caritatives en ligne en période de Coronavirus ?

Art Market | (Being Translated) Pendant que le phénomène inédit de la pandémie COVID19 se propage dans le monde et bouleverse les rendez-vous internationaux de foires majeures et de ventes aux enchères, les ventes caritatives en ligne prennent le relais du marché dans ce contexte émotif pour contribuer à financer des aides au secteur de la santé. Deux points de vue sont examinés entre marché global et micromarchés : la Chine et la France.

Claire Tabouret, ‘‘Les Débutantes (bleu de minuit)‘‘, 2014, adjugé 207 000 euros (est. €100.000 - 150.000) © #ProtègeTonSoignant, vente caritative organisée par la maison Piasa
Claire Tabouret, "Les Débutantes (bleu de minuit)", 2014, adjugé 207 000 euros (est. €100.000 - 150.000)
© #ProtègeTonSoignant, vente caritative organisée par la maison Piasa

La Chine

Après l’annulation de la troisième édition de la foire JINGART prévue en mai 2020, une série de ventes caritatives appelée Standing Together Through Thick and Thin s’organise à Shanghai dès mars 2020 pour soutenir la Shanghai Soong Ching Foundation.

Stand Together Through Thick and Thin, A Charity Auction to Combat the Epidemic © HOW Art Museum - Design: WED Creative
Stand Together Through Thick and Thin, A Charity Auction to Combat the Epidemic
© HOW Art Museum - Design: WED Creative
Les fonds collectés doivent assurer l’équipement médical à quelque 100 écoles en Chine.

Inauguré en 2017, HOW Art Museum - Shanghai regroupe des acteurs de la culture et du marché de l’art tels que la maison de vente Philips, Yitiao, Modern Media Group (dont The Art Newspaper China appartient) et l’organisateur d’ART02. Parmi les 80 donateurs, des institutions, des galeries d’art et des collectionneurs de notoriété internationale tels que Hauser & Wirth, Edouard Malingue, Almine Rech, Gagosian, Perrotin.

Plus de 280 lots sont mis en vente parmi lesquels une trentaine d’œuvres chacune estimée environ un million de Yuans ($143.000) offerts par le HOW Art Museum : Balloon Dog de Jeff Koons (Yellow, 2015), Inochi Doll : Victor de Takashi Murakami (2009), Hollow Mickey de Daniel Arsham’s (2019). Des artistes internationaux, y compris chinois participent à cette vente : “A Plum Tree Branch on the Black Stone” de Zhang Xiaogang, “Love” de Xue Song, “Hand Sign-1” de Zhang Xinyi.

La maison de vente aux enchères China Guardian organise également une vente caritative en ligne (25 février-3 mars 2020) qui se compose de dons d’artistes, de collectionneurs et d’institutions. Les 168 lots proposés aux enchères permettent de récolter $2.269.931 (15.745.600 yuans) pour une vente suivie par quelque dix mille spectateurs en ligne selon le Chinadaily. Parmi les enchères records : le tableau Boy in a Breton Top (2008) de Zhang Xiaogang adjugé pour $259.474, l’oeuvre The Shadow of Bats (2020) de Cai Guoqiang pour $141.269 et Clouds (2019) de Leng Jun vendu pour $230,644.

Zhang Xiaogang, Boy in a Breton Top (2008), price realized 1.8 million yuan ($259,474) © Photo/Cguardian.com
Zhang Xiaogang, Boy in a Breton Top (2008), price realized 1.8 million yuan ($259,474)
© Photo/Cguardian.com

Dans un registre local, en février 2020, le Conseil des enchères internationales de Beijing et le programme WeChat Mini organisent une vente caritative autour de 117 artistes chinois. Au total, $185.000 sont collectés et reversés à la Beijing United Charity Foundation.

La France

Alors que l’épidémie se propage sur le continent européen, une série de ventes caritatives émergent, notamment à Paris durant le mois de mars, pendant le confinement.

Parmi les plus significatives, la maison Piasa organise une vente caritative (3-5 avril) au profit du collectif #ProtègeTonSoignant. Hébergée sur la plateforme Drouot Online, la vente produit un taux de vente de 100%. 370 lots d’artistes de notoriétés diverses vendus pour un montant de 2.417.400 euros. Parmi les meilleures adjudications :
- l’édition posthume de la sculpture d’Yves Klein, The Slave of Michelangelo vendue €56.000 (estimée à €50.000 - 70.000) ;
- Les œuvres de Bertrand Lavier et Claude Lévêque données par Kamel Mennour et adjugées respectivement €52.000 (est. €25.000 - 30.000) et €50.000 (est. €45.000 - 50.000) ;
- Une lampe créée par Jean-Michel Othoniel et donnée par la Galerie Perrotin vendue €26.000 (est. €2.500 - 3.500) ;
- Une œuvre de Jeff Koons, offerte par Noirmontartproduction reçoit un prix inférieur aux estimations €25.000 (est. €30.000 - 40.000) ;
- Le record de la vente revient au tableau Débutantes de Claire Tabouret, adjugé pour €207.000 (est. €100.000 - 150.000), d’un donateur anonyme.

Parallèlement aux projets institutionnels s’ajoutent une multitude d’initiatives individuelles de la part de galeries ou d’artistes qui à un autre niveau traduisent l’émotion du moment.

L’affiche ''Restez à la maison'' de Mathieu Persan mise en vente sur KissKissBankBank pour récolter des fonds en faveur du personnel soignant © Mathieu Persan
L’affiche ''Restez à la maison'' de Mathieu Persan mise en vente sur KissKissBankBank pour récolter des fonds en faveur du personnel soignant
© Mathieu Persan
Parmi ces nombreux cas, Mathieu Persan, illustrateur et auteur de l’affiche Restez à la maison lance une campagne en faveur du personnel médical sur la plateforme Kisskissbankbank où il propose à la vente cette affiche traduite en plusieurs langues. En une semaine, l’artiste récolte €79 000 auprès de 2833 contributeurs.

Ce qu’il faut retenir

L’organisation et la communication de ces ventes caritatives en Chine et en France traduisent des approches différentes du Marché de l’art :
On note que la vente chinoise menée par Philips manque de transparence (son résultat global ne nous a pas été transmis, et ne fait l’objet d’aucune communication).
Une autre différence d’ordre culturelle met en avant les initiatives. Ainsi, on remarque que les ventes caritatives chinoises, globales ou locales, sont exclusivement organisées par les institutions (How Art Museum, China Guardian ou le Conseil des enchères internationales de Beijing). Les dons d’œuvre ciblent de surcroît un marché spéculatif.
En France, la vente menée par Piasa est à l’initiative du collectionneur Laurent Dumas et rassemble sans hiérarchie un réseau d’artistes, de galeries, designers peu connus, reconnus ou de grande notoriété.

Face à une crise sanitaire qui saisit la plupart des gouvernements tant par sa vitesse de propagation que son intensité, le « tout online” s’impose comme une alternative privilégiée par l’ensemble des acteurs économiques. Ainsi, l’organisation de ces ventes caritatives, leur déroulement comme leur succès repose sur la collaboration entre les fondations, ONG, galeries, institutions de l’art et de la culture, groupes de médias, plateformes digitales spécialisées; autrement dit, un réseau actif démultiplié.

Enfin, les délais très brefs de l’organisation dans un contexte de crise font penser qu’une des qualités nécessaires pour les acteurs du marché devient désormais la capacité à s’adapter à une conjoncture en changement constant, à réagir face à l’imprévu.

Svetlana Skvortsova
Publié le 21/04/2020
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Read also

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactSearch

Version française

Claire Tabouret, “Les Débutantes (bleu de minuit)“, 2014, adjugé 207 000 euros (est. €100.000 - 150.000) © #ProtègeTonSoignant, vente caritative organisée par la maison Piasa

Claire Tabouret, "Les Débutantes (bleu de minuit)", 2014, adjugé 207 000 euros (est. €100.000 - 150.000)
© #ProtègeTonSoignant, vente caritative organisée par la maison Piasa

×


©

×