Register | Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur Instagram |

Trend in sight

Extension du domaine de la presse Art

Art & Business | (Being translated) La presse spécialisée Art en France est en cours de reconfiguration. Elle évolue en fonction de la globalisation et de la complexification du marché : démultiplication des acteurs, fréquentation croissante des expositions, records d’enchères. Face à cette conjoncture puissante qui souligne une économie de l’art en plein essor, les titres de presse s’affirment en marque. Et se déploient en consortium. L’enjeu : les nouveaux publics de l’art.

Sans titre © DR
© DR

Les positionnements de chaque titre se précisent, les marques pratiquent le stretching et croisent les supports : digital et papier.

The Art Newspaper France : une ressource internationale mutualisée

Le dernier arrivé sur le marché de la presse en France n’est paradoxalement pas un nouveau. TAN France n’apparaît dans le paysage de la presse qu’en mars 2018. Philippe Régnier qui le dirige avait auparavant initié le tout numérique Quotidien de l’Art. Si la marque est créée à l’origine par l’éditeur turinois Umberto Allemandi en 1982, elle se déploie par la suite en entités indépendantes d’abord en Grande-Bretagne (le vaisseau amiral international), puis en Chine, Russie, Grèce. Les éditions anglo-saxonne, russe et française appartiennent aujourd’hui à Inna Bazhenova qui, depuis 2012, tend à valoriser ce pool éditorial ramifié. La force du titre générique est de rassembler une ressource mutualisée d’analyses et enquêtes alimentée par chaque antenne nationale et de reposer sur une arborescence mondiale de contributeurs. Par ce fait, The Art Newspaper se place en label transnational extrêmement attractif pour les annonceurs. Cette spécificité le démarque des autres quotidiens comme le quotidien de l’art qui appartient depuis 2017 au groupe Beaux Arts & Cie et le journal des arts (56000 abonnés - avec une nouvelle formule en 2018 et un renforcement du référencement dans les kiosques). Côté chiffres, le titre français fait une projection de 10.000 abonnés en 2019.

Beaux Arts & Cie, le premier groupe culturel français

Beaux Arts Magazine, leader de la presse culturelle avec 61.356 exemplaires (diffusion payée ACPM OJD 17), donne naissance au groupe Beaux Arts & Cie, dans la vision stratégique de son propriétaire Frédéric Jousset, acquéreur du titre en 2016. Au-delà de la complémentarité engendrée par le Quotidien de l’Art - acquis en octobre 2017 - et la création de l’Hebdomadaire de l’Art s’adressant à des publics plus professionnels (8000 abonnés à ce jour), Beaux Arts & Cie s’envisage à la fois en groupe média et hors-média, à l’exemple du Figaro ou de titres pointus et spécialisés tels Monocle ou Vice. Ses champs d’action s’appuient initialement sur son expertise éditoriale et se déclinent en numérique avec beauxarts.com et en événements physiques. Son déploiement en groupe média et hors-média est annoncé à la rentrée 2018/19 avec la création de nouveaux pôles : BeauxArts.com, BeauxArts Événements, BeauxArts Formations et BeauxArts Conseil. Beaux Arts & Cie, acteur multiangles, initie ainsi un véritable écosystème à 360°, maîtrisant les chaînons d’une économie culturelle en essor, de l’éditorial grand public et professionnel aux services d’ingénierie culturelle (conseils, formations, organisation de salon, voyages...).

Connaissance des Arts et Les Echos, même lectorat

Connaissance des Arts fait partie du groupe Les Echos et s’inscrit donc dans la politique de ce dernier, avec un déploiement vers d’autres sources de business, que ce soient l’édition de tirés à part, la production de contenu pour les marques ou les cycles de conférences. 1er titre de la presse de l’art né en 1952, le mensuel - 45.085 exemplaires (OJD 17) - se définit en tant que « référence de tous les arts, de toutes les époques » avec un ancrage généraliste sur un lectorat aisé, de plus de 45 ans et habitant majoritairement la région parisienne. Deux nouvelles rubriques apparaissent dans le chemin de fer, Étude d’une œuvre et Récit d’une vie. Son dynamisme se démarque sur les réseaux sociaux avec plus de 155.000 visites par mois sur le site proposant aussi de la vidéo (155.000 followers sur Facebook et 38.000 sur Twitter).

À côté de ces groupes, ArtPress, mensuel orienté sur la réflexion et la société, avec une diffusion payée de 35.000 exemplaires reste une valeur sûre pour les professionnels tandis que des satellites semestriels venus de la presse mode, Numéro Art et l’Officiel Art témoignent de la préséance de l’art et du luxe : contenus sur actualité de l’art contemporain, ses dernières tendances, traversant d’autres univers créatifs, avec des contributions exclusives, artistes, photographes, plumes.

Virginie Bertrand
Publié le 26/06/2018
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactSearch

Version française

Sans titre © DR

Sans titre
© DR

×


©

×