Tendance à suivre

La banane et le « Duct tape »

Art contemporain | Dès son apparition, une banane jaune scotchée au mur avec du ruban adhésif argenté suscite l’emballement des réseaux sociaux et de la presse au regard de son prix affiché à 120.000 dollars. L’oeuvre signée Maurizio Cattelan, intitulée Comedian, une édition de trois exemplaires, est acquise par deux fois dès la première journée de Art Basel Miami sur le stand de la galerie Perrotin. La polémique enfle après qu’un artiste performer, David Datuna, ait détaché et mangé le fruit certifié œuvre d’art. Pour aller plus loin.

Maurizio Cattelan, Comedian, 2019 © Photo: Zeno Zotti © Courtesy of the artist & Perrotin
Maurizio Cattelan, Comedian, 2019
© Photo: Zeno Zotti © Courtesy of the artist & Perrotin

Le «  Duct tape  » dans l’art

Panamaremko vient de nous quitter. Scotch Gambit son œuvre célèbre, rappelle combien le scotch, le chatterton et aujourd’hui le « Duct tape » sont utilisés par les artistes.

Panamarenko, Scotch Gambit, 1966-1999 © Courtesy MUKHA / Collection: Private Collection Mark Deweer, Otegem
Panamarenko, Scotch Gambit, 1966-1999
© Courtesy MUKHA / Collection: Private Collection Mark Deweer, Otegem
Cet outil complètement lié à l’histoire américaine est initialement créé pour isoler les caisses d’armes lors du débarquement tandis que sa version argentée est développée lors de l’explosion de la construction dans l’après-guerre pour rafistoler les conduits de chaufferie défectueux. Il trouve son heure de gloire lors de la mission Appollo 13 servant à réparer des filtres de carbones dioxide dans l’espace et pour l’isolation d’un véhicule sur la lune lors de la mission Appollo 17.
Ici le sens du «  Duct tape  » couleur argent diffère du sens du «  scotch slasher  » que Claude Lévêque utilise dans son œuvre intitulée Verdun, summer (2018) en appliquant un croissant sur une photographie de paysage de Sambre et Meuse.

Claude Lévêque, Verdun, summer 2018 - Photographie © ADAGP Claude Lévêque. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris
Claude Lévêque, Verdun, summer 2018 - Photographie
© ADAGP Claude Lévêque. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris
Rappeler le sacrifice ignoré de milliers d’Algériens importés dans les tranchés. Il diffère aussi du chatterton «  amalgamant  » utilisé par Thomas Hirschorn. Seul l’artiste Michel François l’utilise depuis plusieurs années dans son travail sculptural, pour socler l’ambiguïté matérielle d’un trou sans bord, d’une masse sans limite.

Michel François, Pieces of evidence. Installation, Ikon Gallery, 2014 © Photo: Stuart Whipps
Michel François, Pieces of evidence. Installation, Ikon Gallery, 2014
© Photo: Stuart Whipps

La banane dans l’art

Longuement murie dans la tête de Maurizio Cattelan, l’oeuvre Comedian «  slashe  » au mur une banane véritable qu’il appartient à son propriétaire de renouveler (une pratique largement installée aujourd’hui issue de l’Art conceptuel des années 1970).  
Bien connue en tant que référent incontournable de la pulsion désirante depuis le pop art, la banane véritable rappelle une autre installation emblématique que l’artiste français Gérard Titus-Carmel présente en 1969 au Musée d’art Moderne de Paris. La Grande Bananeraie culturelle, se compose de cinquante-neuf bananes en plastique soclées et fixées au mur, «  pimpantes , pétantes de santé  » tandis que l’unique vraie banane apparaît au fil des jours de plus en plus «  défaite, courbée, noircie, dé-figurée  » (in Revue Texte-Image). De cette installation le poète Bernard Noël écrit :  «  Moralité  : rien ne saurait garantir qu’apparence vaut réalité, que ressemblance est gage d’identité  ».

Perspective et viralité

La notion d’identité se retrouve également au coeur de Comedian de Maurizio Cattelan. Un comédien par fonction n’en a pas, ou en revêt de multiples.
La marque Carrefour ne s’y trompe pas, récupérant à la vitesse d’un éclair la forme d’inscription sémantique, marquant ainsi la distance maximum qu’il puisse exister entre la fin de l’Art et la faim des hommes.
Force est de constater que l’oeuvre de Cattelan apparaît comme un produit financier, apparemment plus délicieux que toxique ; il vient se propager dans l’inconscient collectif et les réseaux sociaux de la même façon que nos révolutions contemporaines  : spontanéité, horizontalité rizhomatique, imprévisibilité (in Twitter et les gaz lacrymogènes par Zeynep Tufekci). Dans l’émotion virale des réseaux, Comedian va jusqu’à provoquer une manifestation de travailleurs sous-payés scandalisés par la différence existante entre leurs salaires à moins de 10 $ de l’heure et la valeur de la fameuse banane. Ainsi devient-elle une allégorie contemporaine, celle de l’aggravation des inégalités à l’époque mondialisée.

A noter  : le temps de la polémique. Le site des médias UN1K souligne que le buzz dure deux semaines  (source : L’Observatoire Social Media – Smiling People)  ; phénomène exceptionnel dans la vie du Web. En revanche la floraison des avatars s’inscrit déjà dans une esthétique du présent, mais ne révèle qu’une chose en regard à l’analyse de la philosophe Barbara Steiglier dans sa critique du bio-politique : le «  Duct tape  » est une «  merveilleuse  » cristallisation d’une injonction à l’adaptation, le symbole même du pragmatisme de l’homo-économicus.

Sophie Boursat
Publié le 17/01/2020
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Maurizio Cattelan, Comedian, 2019 © Photo: Zeno Zotti © Courtesy of the artist & Perrotin

Maurizio Cattelan, Comedian, 2019
© Photo: Zeno Zotti © Courtesy of the artist & Perrotin

×


©

×