Tendance à suivre

La Biennale de Sao Paulo entremêle visions culturelles et générations

Art contemporain | Créée en 1951, la 33e Biennale de Sao Paulo, la plus importante du continent sud-américain, s’affranchit des codes en s’appuyant principalement sur le travail individuel de sept artistes-curateurs. Intitulée Afinidades Afetivas (Affinités affectives), l’édition 2018, dont le commissariat général est assuré par le directeur de la Colección Patricia Phelps de Cisneros Gabriel Pérez-Barreiro, prône une approche intuitive des installations et des imaginaires.

Vue générale du Pavillon de la 33e Biennale de Sao Paulo © Renato S. Cerqueira Futura Press Folhapress, 2018
1 / 8
Vue générale du Pavillon de la 33e Biennale de Sao Paulo
© Renato S. Cerqueira Futura Press Folhapress, 2018

Inaugurée le 7 septembre 2018 - jour de l’Indépendance au Brésil - la 33e Biennale de Sao Paulo rompt avec le modèle traditionnel du thème unique décidé et mis en œuvre sous l’égide d’un curateur.

Sur les quelque 600 œuvres issues d’une centaine d’artistes rassemblées entre les murs du Pavilhão Ciccillo Matarazzo, le commissaire général […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Vue générale du Pavillon de la 33e Biennale de Sao Paulo © Renato S. Cerqueira Futura Press Folhapress, 2018 Vue d’installation Wura-Natasha Ogunji, Always, never © Leo Eloy / Estúdio Garagem / Bienal de São Paulo Foundation Vue d’installation, Claudia Fontes, The Slow Bird © Pedro Ivo Trasferetti / Bienal de São Paulo Foundation Vue d’installation, Wura-Natasha Ogunji, Always, never © Leo Eloy / Estúdio Garagem / Fundação Bienal de São Paulo. Vue d’installation, Sofia Borges, The Infinite Story of Things or the End of the Tragedy of One © Leo Eloy / Estúdio Garagem / Fundação Bienal de São Paulo Vue d’installation, Antonio Ballester Moreno, Common/Sense © Pedro Ivo Trasferetti   São Paulo Biennial Foundation L’artiste-curateur Antonio Ballester Moreno pendant l’installation de son oeuvre Vivan los campos libres (2018) © Photo © Pedro Ivo Trasferetti. Image courtesy Fundação Bienal de São Paulo 33a Bienal de São Paulo © Pedro Ivo Trasferetti / Fundação Bienal de São Paulo

Vue générale du Pavillon de la 33e Biennale de Sao Paulo
© Renato S. Cerqueira Futura Press Folhapress, 2018

« 1 / 8 » ×


©

×