Tendance à suivre

Le MoMAR ou l’expérience du musée pirate en réalité augmentée

Art contemporain | En mars 2018, la salle des Jackson Pollock du Museum of Modern Art (MOMA) de New York se fait pirater. Oui, avec la réalité augmentée, le piratage s’étend aujourd’hui à des sites physiques. «  Bienvenue au MoMAR  », le Museum of Modern Art Augmented Reality, lit-on sur le site internet dédié à la présentation de ce piratage du MOMA.

MoMAR © DR
1 / 3
MoMAR
© DR

L’institution muséale  : un territoire pour pirates en réalité augmentée

On accède au MoMAR en téléchargeant l’application MoMAR Gallery sur son smartphone. Une fois sur l’application dans la salle des Jackson Pollock du MOMA, on voit sur son smartphone des œuvres virtuelles venir se superposer sur celles du maître de l’expressionnisme abstrait.
La première exposition du MoMAR s’intitule Hello, we’re from the internet (2 mars - 10 mai 2018). Elle rassemble les œuvres de huit artistes qui se superposent sur sept toiles de la salle.

L’artiste Gabriel Barcia-Colombo (…)

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

MoMAR © DR MoMAR © MoMAR (De gauche à droite) Recycle Group devant Picabia, Joseph Kosuth et Georg Baselitz © Recycle Group

MoMAR
© DR

« 1 / 3 » ×


©

×