Tendance à suivre

Artertainment, et plus encore

Art & entreprise | L’entertainment, l’art du divertissement, naît de la société de consommation; aujourd’hui il s’accompagne de l’exigence d’une expérience « égocentrée » où l’émotionnel ouvre le champ du plaisir et de tous les désirs. Le Bon Marché affine la discipline en positionnant son magasin comme pur espace de création.

Exposition ’Sous Le Ciel’, Leandro Erlich au Bon Marché Rive Gauche © Gabriel de La Chapelle / Bon Marché
1 / 6
Exposition ’Sous Le Ciel’, Leandro Erlich au Bon Marché Rive Gauche
© Gabriel de La Chapelle / Bon Marché

Le Bon Marché, dès son origine il y a plus de 160 ans, ponctue ses rayons d’œuvres d’art issues de la collection de son fondateur Aristide Boucicaut, enrichie constamment depuis; on croise donc autour de l’atrium, Pierre Alechinsky, Carole Benzaken, Gérard Fromanger ou Fabrice Hyber… dans un parti-pris esthétique et culturel.
Au-delà de la simple présentation de la collection, pour la troisième année consécutive, le plus petit des grands magasins parisiens institue une carte blanche donnée à des artistes - commande in-situ éphémère- pendant le «  mois du blanc  », traditionnellement le mois des promotions liées à la maison.
Ainsi le temple du commerce réinitialise une dynamique d‘événements post-fêtes dans le vent contemporain de la création en invitant un artiste à concevoir un environnement d’inspiration, l’espace du grand magasin étant envisagé comme un lieu de création. Déjà en 2000, sous la houlette de Jean-Luc Choplin, directeur de l’image, les Galeries Lafayette invitent les artistes Pablo Reinoso et Pierrick Sorin à concevoir des installations interactives dans les vitrines, dans l’enceinte du magasin, sous la coupole.

Le Bon Marché reprend ce même principe avec un choix d’artistes internationaux qui produisent des environnements spectaculaires et événementiels  : Ai Weiwei en 2016 avec son peuple de créatures volantes tout droit sorties de contes chinois «  Shanhaijing  », Chiharu Shiota en 2017 avec des sculptures de fils blancs entremêlés et installations immersives; puis en 2018, Leandro Erlich avec ses fantasmagories illusionnistes, tordant et inversant la réalité pour avoisiner l’au-delà du paradis.

Le Bon Marché instaure ainsi une collection d’événements artistiques et émotionnels qui amplifie sa vocation d’épicentre de la mode à celui de la création, des arts appliqués à l’art. En collaborant et construisant avec des artistes, il offre un nouveau statut à la marque.

Virginie Bertrand
Publié le 16/01/2018
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Exposition ’Sous Le Ciel’, Leandro Erlich au Bon Marché Rive Gauche © Gabriel de La Chapelle / Bon Marché Exposition ’Sous Le Ciel’, Leandro Erlich au Bon Marché Rive Gauche © Gabriel de La Chapelle / Bon Marché Expo ER XI Ai Weiwei au Bon Marché © Gabriel de la Chapelle / Bon marché Expo ER XI Ai Weiwei au Bon Marché oeuvre Le Heluo © Gabriel de la Chapelle / Bon Marché Memory of the ocean, installation de Chiharu Shiota au Bon Marché Rive Gauche © Gabriel de la Chapelle / Bon Marché Where are we going, installation de Chiharu Shiota au Bon Marché Rive Gauche © Gabriel de la Chapelle / Bon Marché

Exposition ’Sous Le Ciel’, Leandro Erlich au Bon Marché Rive Gauche
© Gabriel de La Chapelle / Bon Marché

« 1 / 6 » ×


©

×