Tendance à suivre

Ai Weiwei et son alter égo médiatique

Marché de l'art | Depuis son arrivée en Allemagne en juillet 2015, l’artiste Ai Weiwei démultiplie les expositions et les interventions publiques aux quatre coins du globe. Pour chacune de ses récentes actions, l’artiste exploite son alter ego médiatique.

Ai Weiwei © Dan Balilty / The Associated Press
1 / 13
Ai Weiwei
© Dan Balilty / The Associated Press

Une inflation d’expositions

En Europe et en Amérique du Nord, l’artiste se déploie, non plus seulement comme «  artiste dissident  », mais en tant que défenseur des droits de l’homme. Depuis qu’il s’intéresse à la «  crise des réfugiés  », plusieurs de ses événements traitent des phénomènes migratoires, du documentaire dont il assure la réalisation Human Flow en compétition à la Mostra de Venise et plusieurs événements parmi lesquels  :  
La rétrospective Ai Weiwei Libero à la Fondazione Palazzo Strozzi en collaboration avec la Galleria Continua, la National Gallery de Prague pour Law of the Journey et le FOAM d’Amsterdam #SafePassage. En novembre 2016, l’artiste chinois investi simultanément de 3 galeries new-yorkaises, chacune ayant pour thème la condition des réfugiés  :  Roots and Branches à la galerie Mary Boone et la Lisson Gallery, Laundromat à la Deitch Projects.

Une liste non exhaustive à laquelle s’ajoutent son intervention au Bon Marché début 2016 Er Xi, Air de jeux, sa première exposition en Turquie au Sabancı University Sakıp Sabancı Museum pour Ai Weiwei On Porcelain et en Israël au Nathan Cummings Building for Modern and Contemporary Art pour Ai Weiwei - Maybe, Maybe Not. À Washington, l’artiste reproduit et complète Trace au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, tandis qu’au même moment se tient l’exposition Ai Weiwei. D’ailleurs c’est toujours les autres au Musée Cantonal des Beaux-Arts de Lausanne.

Conséquence logique de sa liberté de mouvement retrouvée, cette actualité prolifique s’explique toutefois par une conjonction de facteurs étrangers à la sphère artistique. L’interdiction de sortie du territoire chinois effective entre 2011 et 2015 génère encore aujourd’hui un impact sans cesse stimulé par la capacité virtuose de communication de l’artiste.

Le miroir du marché

Depuis 2014, le second marché de Ai Weiwei se caractérise par un volume d’œuvres proposées lors de ventes aux enchères constant  : 50 en 2014, 45 en 2015, 48 en 2016 et une trentaine durant les 9 premiers mois de l’année 2017. D’année en année, un schéma similaire se répète avec une majorité d’œuvres vendue à un prix en accord avec les estimations, un pourcentage d’invendus oscillant autour des 30% et les prix les plus importants réalisés sur des œuvres emblématiques ou historiques  :  
- Circle of Animals/Zodiac Heads (ed 5/8) , 2010 vendue par Phillips New York en mai 2017 pour 3.370.000$;
- Map of China (en 3 éléments) , 2009 vendue chez Christie’s New York an mai 2016 pour 2.517.000$;
- Dropping A Han Dynasty Urn (ed 3/8) , 1995-2004 vendue chez Sotheby’s Londres en février 2016 1.092.777$.
Sur une liste d’environ 300 lots - archives de ventes aux enchères Artnet - près d’un tiers d’entre eux concerne des multiples.

Ai Weiwei, Arch, 2017 - Public Art Fund New York © Courtesy of Ai Weiwei Studio/ Frahm & Frahm Photo Jason Wyche
Ai Weiwei, Arch, 2017 - Public Art Fund New York
© Courtesy of Ai Weiwei Studio/ Frahm & Frahm Photo Jason Wyche
Autant dans sa façon de communiquer à travers la puissance des réseaux sociaux que le contrôle total de son image qui en découle Ai Weiwei bâtit sur son nom et ses faits d’armes un empire qui dépasse le monde de l’art. Pour son exposition Ai Weiwei - Good Fences Make Good Neighbors organisée par le Public Art Fund de New York, l’artiste collabore avec la plateforme Ebay pour une vente éclair dont la totalité des bénéfices est destinée au financement de cet événement. Les deux objets, chacun décliné en 1000 exemplaires - Odyssey vendu 100 dollars et Artist’s Hand vendu 675 dollars - se sont écoulés en moins de 3 jours.

Vincent Kozsilovics
Publié le 22/10/2017
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Ai Weiwei © Dan Balilty / The Associated Press Reframe, 2016 - Ai Weiwei. Libero à la Fondazione Palazzo Strozzi © Courtesy of Ai Weiwei Studio Vue d'installation, Law of the Journey, National Gallery de Prague © Courtesy the artist and National Gallery Prague #SafePassage, 2016, FOAM © Ai Weiwei Studio Vue d'installation, Ai Weiwei 2016 - Roots and Branches © Courtesy Mary Boone Gallery Vue d'installation, Ai Weiwei, Roots and Branches © Courtesy Lisson Gallery New York Vue d'installation, Ai Weiwei, Laundromat © Deitch Projects, Soho. 2016. Courtesy Le Bon Marché, Er Xi, Air de jeux © Say Who Vue d'installation, Ai Weiwei - Maybe, Maybe Not © Photo - AFP/Thomas Codex Vue d'installation, Ai Weiwei, Trace, Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, 2017 © Photo - Cathy Carver. Courtesy the artist and Hirshhorn Museum Vue d'installation, Ai Weiwei, Ai Weiwei. D’ailleurs c’est toujours les autres au mcb-a Lausanne, 2017 © Courtesy the artist and Musée Cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Photo: Etienne Malapert © Studio Ai Weiwei Ai Weiwei, Arch, 2017 - Public Art Fund New York © Courtesy of Ai Weiwei Studio/ Frahm & Frahm Photo Jason Wyche Ai Weiwei, Banner 112, 2017 - Public Art Fund New York © Courtesy of the artist. Photo: Jason Wyche

Ai Weiwei
© Dan Balilty / The Associated Press

« 1 / 13 » ×