Tendance à suivre

Ai Weiwei, artiste activiste coté

Marché de l'art | Figure influente du monde de l’art, Ai Weiwei entretient depuis plusieurs années un écosystème construit autour de sa qualité d’artiste et de son alter ego médiatique. L’étude de prix des œuvres de l’artiste proposées aux enchères entre 2006 et 2016 atteste d’une cote intimement liée à l’actualité de l’événement, propre à son travail.

Ai Weiwei © Courtesy Ai Weiwei Studio
1 / 7
Ai Weiwei
© Courtesy Ai Weiwei Studio

Sur ces 10 années d’enchères, on peut faire 2 constats :
- Au total, les œuvres d’Ai Weiwei ont généré $40 646 625, soit 3% en dessous de la somme des estimations hautes fixée à $41 917 715;
- Sur 218 lots, 83 trouvent ont dépassé les attentes (38%) tandis que 45 sont ravalés (21%).
Ainsi la carrière « second marché » d’Ai Weiwei se découpe en 3 grandes périodes.

2006 - 2011, poussée du marché

Sur cet intervalle de 6 ans, seuls 61 lots sont proposés aux enchères avec l’année 2006 pour minimum (5 lots) et 2008 comme maximum (19 lots). On note une majorité d’adjudications supérieures aux estimations hautes (36 lots - 60%) tandis que le ravalement ne concerne que 10 enchères (16%). En 2006, Ai Weiwei totalise 475 373$ (+26% par rapport à l’estimation haute de 378 294$), 1 055 114$ en 2007 (+2% - 1 033 110$), 1 566 047$ en 2008 (+8% - 1 448 994$), 599 682$ en 2009 (+2.6% - 584 412$), 1 180 750$ en 2010 (+34% - 880 851$) et 1 678 761$ en 2011 (+57% - 1 071 933$). L’enchère la plus élevée concerne l’œuvre ’Chandelier (ed. 2) ’ vendue par Sotheby’s New York en 2007 pour 657 000$.

2012 - 2013, inversion de la tendance

La période suivante se caractérise par une forte baisse des prix des œuvres signées par Ai Weiwei en vente publique. En 2012, seules 4 adjudications sur 17 dépassent les estimations hautes (24%) et 3 œuvres ont terminé ravalées (17%). Cette même année, l’artiste réalise 14 ventes pour un total de 2 552 901$ (estimations : 2 036 869 et 2 819 159$).
En termes de chiffres, l’année 2013 est particulièrement mauvaise pour Ai Weiwei. Hormis pour ’Bubble of ten (in 10 parts) ’ et ’Marble Door’, toutes les œuvres évaluées à plus de 150 000$ sont ravalées; 18 adjudications pour un total de 1 467 267$ soit -47% rapport aux estimations établies entre 1 943 966 et 2 657 810$.

2014 - 2016, explosion de la cote

Cette période se distingue des précédentes :
- nombre de lots mis aux enchères élevé (50 en 2014, 45 en 2015),
- faible taux d’adjudications supérieures aux estimations hautes (26% en 2014, 29% en 2015),
- taux de ravalement important (28% en 2014, 22% en 2015),
- en valeur, total annuel des ventes en forte hausse (5 961 232$ en 2014, 18 056 625$ en 2015). Première enchère millionnaire en 2014 avec l’œuvre ’Map of China’ vendue 1 165 489$ par Sotheby’s Hong Kong.
- En 2015, l’artiste vend 3 lots au-dessus du million avec entre autres ’Circle of Animals/Zodiac Heads’ édition 7/8 et édition 1/6 vendues respectivement pour 4 434 615$ et 5 427 242$ par Phillips London. Sur les deux enchères millionnaires réalisées entre janvier et juin 2016, les œuvres ’Dropping a Han Dynasty Urn’ (ed 3/8) vendue 1 092 777$ (estimation 217 108 - 289 477$) par Sotheby’s London et ’Map of China’ (en 3 éléments) vendue 2 517 000$ par Christie’s New York (800 000 - 1 200 000$).

Entre janvier 2006 et juin 2016, on dénombre 18 œuvres à un prix supérieur à $600 000. La moitié d’entre-elles sont créées par l’artiste entre 2008 et 2011, une période durant laquelle Ai Weiwei multiplie les actions militantes : de sa prise de position contre la construction du stade olympique de Pékin auquel il a participé à son séjour en prison en passant par son engagement dans le tremblement de terre du Sichuan et la la fermeture de son blog en 2009 par les autorités chinoises.
À l’inverse, les années 2012 et 2013, bien que riches en actions artistiques - participation à la réalisation de la Serpentine Gallery, sortie du film Never Sorry, pavillon allemand à la Biennale de Venise de 2013... - se caractérisent par une baisse significative de la valeur des œuvres de l’artiste.

Parallèlement au thermomètre qu’est le 2nd marché, dans la ligne de son activité événementielle d’activiste, Ai Weiwei développe un marché de produit dérivé et d’édition de multiples d’œuvres emblématiques. ‘Map of China’ est ainsi déclinée en 4 versions au même titre que l’œuvre ’Table with three legs’; ‘Grapes’ existe en 5 versions de tailles et d’années de réalisation différentes tout comme ‘Watermelon’. Une stratégie employée par d’autres artistes comme le japonais Murakami ou l’anglais Damien Hirst à l’image du marché du luxe des années 80 qui s’inscrit à l’époque dans la consommation de masse de produits siglés.

Vincent Kozsilovics
Publié le 15/07/2016
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Ai Weiwei © Courtesy Ai Weiwei Studio Ai Weiwei, Map of China vendue pour 1 527 682$ par Sotheby’s Hong Kong © Courtesy the artist Ai Weiwiei, Grapes vendue pour 666 088$ par Phillips, De Pury and Luxemburg London © Courtesy of TES Ai Weiwei, Forever Bicycles vendue pour 730 294$ par Sotheby’s Hong Kong © DR Ai Weiwei, Colored Vases vendue pour 737 968$ par Sotheby’s London © DR Ai Weiwei, Circle of Animals, Zodiac Heads (gold) vendue pour 4 434 615$ par Phillips, De Pury & Luxembourg London © Courtesy of Portland Art Museum Ai Weiwei, Circle of Animals, Zodiac Heads (bronze) vendue pour 5 427 242$ par Phillips, De Pury and Luxembourg London © DR

Ai Weiwei
© Courtesy Ai Weiwei Studio

« 1 / 7 » ×