Tendance à suivre

ToiletPaper : du magazine à la vitrine commerciale

Art & entreprise | Le cahier d’images fantasques créé en 2010 par Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari poursuit son inscription auprès du grand public en multipliant les collaborations et les typologies de monstration.

Vue de l’exposition Pop-Up SELETTI WEARS TOILETPAPER RUGS COLLECTION, Maurizio Cattelan & Pierpaolo Ferrari à la Galerie Perrotin, Paris © Photo: Claire Dorn / Courtesy ToiletPaper, Seletti & Galerie Perrotin
1 / 9
Vue de l’exposition Pop-Up SELETTI WEARS TOILETPAPER RUGS COLLECTION, Maurizio Cattelan & Pierpaolo Ferrari à la Galerie Perrotin, Paris
© Photo: Claire Dorn / Courtesy ToiletPaper, Seletti & Galerie Perrotin

Établi début avril à la galerie Perrotin, ToiletPaper a recouvert murs et sol de l’espace d’exposition avec une sélection de tapis réalisés en collaboration avec Seletti. Sous l’égide de la compagnie italienne — qui commercialise depuis trois ans déjà bon nombre de ses produits dérivés —, le concept « Seletti wears ToiletPaper » s’aligne ici dans l’esprit pop du magazine en proposant à la manière d’un véritable showroom arty une imagerie immersive et expérientielle. On y rencontrait également du mobilier en édition limitée (1000 exemplaires) issu de la collaboration ToiletPaper x Gufram, avec notamment la fameuse réédition du porte-manteau Cactus (1972) des designers Guido Drocco et Franco Mello. Cette investigation du design italien fait, volontairement, fusionner les motifs du cahier d’images à des biens de marchandise abordables et populaires.

Dans la même veine mercantile, ToiletPaper investira les onze vitrines des Galeries Lafayette, temple de la consommation, de juillet à septembre prochain. Le choix de s’établir directement dans l’espace public n’est pas anodin : la démocratisation de son iconographie fait partie de son identité. Il bénéficiera simultanément d’une exposition à la galerie des Galeries et installera son cactus en version surdimensionnée, sous la coupole du grand magasin. En poursuivant sa manipulation des codes visuels de la mode, du design et des médias dès lors transposée dans des environnements consuméristes, ToiletPaper affirme sa stratégie de convoiter les masses pour étendre sa popularité.

Maxime Gasnier
Publié le 25/04/2016
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Vue de l’exposition Pop-Up SELETTI WEARS TOILETPAPER RUGS COLLECTION, Maurizio Cattelan & Pierpaolo Ferrari à la Galerie Perrotin, Paris © Photo: Claire Dorn / Courtesy ToiletPaper, Seletti & Galerie Perrotin SELETTI wears TOILETPAPER (Maurizio Cattelan & Pierpaolo Ferrari) at Galerie Perrotin © Courtesy ToiletPaper, Seletti & Galerie Perrotin ToiletPaper for Gufram © DR ToiletPaper © TOILETPAPER, 2016 ToiletPaper © TOILETPAPER, 2016 ToiletPaper © TOILETPAPER, 2016 ToiletPaper © TOILETPAPER and GUFRAM ToiletPaper © TOILETPAPER ToiletPaper © TOILETPAPER

Vue de l’exposition Pop-Up SELETTI WEARS TOILETPAPER RUGS COLLECTION, Maurizio Cattelan & Pierpaolo Ferrari à la Galerie Perrotin, Paris
© Photo: Claire Dorn / Courtesy ToiletPaper, Seletti & Galerie Perrotin

« 1 / 9 » ×