Tendance à suivre

arteBA, le bras armé de l'Amérique latine

Marché de l'art | Dans le contexte hyper-concurrentiel qui règne entre São Paulo, Mexico et Buenos Aires, arteBA est un atout stratégique pour la capitale fédérale argentine. Face à la multiplication des foires d’art contemporain, elle s’inscrit comme le poumon marché de l’Amérique latine.

Foire arteBA © Courtesy fondation arteBA
1 / 5
Foire arteBA
© Courtesy fondation arteBA

Pour cette 24e édition, environ 77 000 visiteurs - taux de fréquentation en baisse de 25% par rapport à l’édition précédente - ont parcouru le sol de la Rural où exposaient 450 artistes représentés par 81 galeries. 21 d’entre elles participaient pour la première fois à arteBA, soit un taux de renouvellement de 26%. À titre de comparaison, ce même taux s’établit à 5% par an pour Art Basel.

Parmi les 18 pays représentés, on dénombre 39 galeries argentines (48%), 61 galeries d’Amérique latine (75% - taux incrémenté de 3 points en comptant les 2 galeries états-uniennes) et 18 galeries européennes (22%). Divisée en 8 secteurs, la section principale compte 6 galeries européennes sur les 49 exposants (12%) et 41 galeries d’Amérique latine. Quant à la section U-Turn Project Room by Mercedes-Benz, 8 des 15 exposants proviennent du continent européen soit un taux de 53%. Bien que l’on constate une ouverture vers l’internationale, arteBA demeure toutefois très centrée sur la zone latine du continent américain. Un phénomène qui se confirme si l’on se penche sur les statistiques d’autres foires internationales; le taux de représentation des galeries françaises durant la FIAC 2014 était de 24%. Cette forte représentation de la scène artistique latine trouve écho du point de vue des artistes dont la quasi-majorité sont issue d’Amérique latine.

Par ailleurs, les prix bien plus accessibles que ceux pratiqués sur les places de marché européennes ou états-uniennes attirent les ventes institutionnelles. Le MALBA s’est ainsi procuré une œuvre de l’artiste argentine Graciela Gutiérrez Marx, tout comme la Tate Gallery. Pour le Museo MAR, une œuvre de Luciana Lamothe; le CA2M de Madrid, deux œuvres de Magdalena Jitrik; le LACMA, 3 œuvres de Fernanda Laguna; le Guggenheim, une œuvre de Amalia Pica.

Vincent Kozsilovics / Maria Olmedo
Publié le 13/06/2015
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Foire arteBA © Courtesy fondation arteBA Aperçu de la foire arteBA © ArteBA Aperçu de la foire arteBA © Courtesy fondation arteBA Aperçu de la foire arteBA © Courtesy fondation arteBA Aperçu de la foire arteBA © Courtesy fondation arteBA

Foire arteBA
© Courtesy fondation arteBA

« 1 / 5 » ×