Tendance à suivre

Sotheby's au pays de l'or noir

Marché de l'art | Chaque année, la maison Sotheby’s organise à Doha une vente de prestige alors que Christie’s et Bonhams poursuivent leur implantation à Dubai. Ces ventes Sotheby’s, construites sur une synergie locale/globale, ont pour spécificité de tisser des liens entre des artistes occidentaux reconnus par le marché global et des artistes issus du Moyen-Orient. Elles constituent un enjeu stratégique d’influence au Qatar et ont pour effet de promouvoir et consolider la cote des artistes issus du Monde arabe.

Alexander Rotter (Co-directeur du département Art Contemporain de Sotheby’s durant la vente Contemporary Art Doha 2014 © Raynald C Rivera
1 / 7
Alexander Rotter (Co-directeur du département Art Contemporain de Sotheby’s durant la vente Contemporary Art Doha 2014
© Raynald C Rivera

Inscrite au sein du Katara Art Center, la vente Sotheby’s d’octobre 2014 a réuni 52 lots dont 44 ont reçu une adjudication, soit un taux de vente de 85%. Parmi les 13 records établis, « The Chase » d’Ali Banisadr réalise 557.000$, surpassant l’estimation haute de 250 000$ et la peinture « The Enemy Within » de Abdullah Qandeel (estimation 20/30.000$) a été vendue pour 209.000 $. Clôturée sur un résultat de 8.006.625$ - confirmant les estimations de $6.2-8.5 millions - cette vente s’inscrit dans la continuité de celle organisée en 2013 où 89% des œuvres avaient été vendues (soit 42 lots sur 46) pour un total de 15.199.750$. 9 records d’artistes avaient alors été enregistrés parmi lesquels l’œuvre Untitled (Bernstein 90-01) de Donald Judd (3.525.000$), « Rising Down » de Julie Mehretu (3.077.000 $) et « Icons of the Nile » de Chant Avedissian (1.565.000 $) - Top 3 en terme de résultats. La comparaison de ces deux ventes fait ressortir plusieurs points communs :

1° Le taux de représentation des artistes issus du monde arabe est identique (33 des 41 artistes pour la vente 2013, 37 des 46 artistes pour la vente 2014).

2° S’ils ne représentent que 20% de ces deux ventes, les ventes issues des artistes occidentaux atteignent 60% de la vente totale en 2013 (9 051 500$) en incluant l’œuvre de Julie Mehretu et 50% en 2014 (3 969 750$).

En associant des œuvres d’artistes étiquetés « bancables » tels que Damien Hirst, Donald Judd ou Anish Kapoor aux artistes des pays arabes, les maisons de vente produisent une politique de mixité de marché ciblant force identitaire, argent et aura internationale.

Vincent Kozsilovics
Publié le 16/10/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Alexander Rotter (Co-directeur du département Art Contemporain de Sotheby’s durant la vente Contemporary Art Doha 2014 © Raynald C Rivera Anish Kapoor, Untitled - 2009 © DR Ali Banisadr, The Chase - 2011 © DR Abdullah Qandeel, The Enemy Within - 2013 © DR Don­ald Judd, Untitled (Bernstein 90-01) - 1990 © DR Julie Mehretu, Rising Down - 2008 © DR Chant Avedissian, Icons of the Nile - 1991-2010 © DR

Alexander Rotter (Co-directeur du département Art Contemporain de Sotheby’s durant la vente Contemporary Art Doha 2014
© Raynald C Rivera

« 1 / 7 » ×