Tendance à suivre

La biennale de São Paulo tente l'inconnu

Art contemporain | Avec un titre articulé autour de points de fuite - « Comment... des choses qui n’existent pas » - la 31e Biennale de São Paulo ouvre un dialogue inter générationnel d’artistes au cœur d’un présent fugace et s’envisage comme un long processus au fil militant d’un changement de valeur.

Biennale de Sao Paulo © Vincent Kozsilovics pour l’Observatoire de l’art contemporain
1 / 14
Biennale de Sao Paulo
© Vincent Kozsilovics pour l’Observatoire de l’art contemporain

Sous le signe du collectif, la biennale est conçue par une équipe de 5 curateurs internationaux conduits par Charles Esche (Londres) : Galit Eilat (Israël), Nuria Enguita Mayo (Espagne), Pablo Lafuente (Londres) et Oren Sagiv (Israël). La Biennale de São Paulo rassemble en un seul lieu - Pavillon Ciccillo Matarazzo - 81 artistes de 34 pays. Avec une quinzaine d’artistes venus de pays d’Europe de l’ouest et des États-Unis, l’accent est mis sur d’autres zones d’influence telles que l’Amérique latine, l’Europe de l’Est et le continent asiatique. Bien plus qu’un voyage, la scénographie résonne comme un appel à la prise de conscience, celle d’un présent en fuite et d’une société en mutation dans un mouvement continuel. Elle explore cet espace de la transformation qui permet à une simple représentation de la pensée d’acquérir de la consistance, devenir le produit d’une réalité objective, d’exister. Militantisme et activisme constituent le fil conducteur de cette proposition. Débarrassé de considérations purement esthétiques, le travail de l’artiste est posé comme indissociable de grandes questions qui font basculer le monde global actuel vers un changement de civilisation : la guerre, la politique, la sexualité, l’écologie, l’urbanisation où les conflits sociaux. Le choix des œuvres sélectionnées reflète ainsi le rôle de l’art dans les processus de création de nouvelles pensées et actions. En interrogeant les limites de notre compréhension, la 31e Biennale de São Paulo souligne notre immense capacité à imaginer d’autres alternatives, d’autres mondes, d’autres systèmes de pensée par la puissance d’anticipation de l’art, des artistes.

Vincent Kozsilovics
Publié le 24/09/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Biennale de Sao Paulo © Vincent Kozsilovics pour l’Observatoire de l’art contemporain Sandi Hilal, Alessandro Petti & Grupo Contrafilé (Brésil) - Mujawara, 2014 © Photo: Vincent Kozsilovics Mujeres Creando (Bolivie) - Space to Abort, 2014 © Photo: Vincent Kozsilovics Bik Van der Pol (Pays-Bas) - Turning a Blind Eye, 2013 - 2014 © Photo: Vincent Kozsilovics Qiu Zhijie - Map, 2014 / Credit Photo : Dimensao de Ideias © Photo : Vincent Kozsilovics Juan Carlos Romero (Argentine) - Violence, 1973 - 1977 © Photo: Vincent Kozsilovics Danica Dakic (Bosnie-Herzégovine), Vila Maria (video), 2014 © Photo: Vincent Kozsilovics Voluspa Jarpa (Chili)- Learning Histories, 2014 © Photo: Vincent Kozsilovics Edward Krasinski (Pologne) - Spear and other works, 1963-1965 © Photo: Vincent Kozsilovics Walid Raad (Pologne) - Letters to the Reader (1864, 1877, 1916, 1923), 2014 © Photo : Vincent Kozsilovics Giuseppe Campuzano (Pérou) - Transvestite Museum of Peru (detail), 2009-2013 © Biennal de Sao Paulo Asier Mendizabal (Espagne), Agoramaquia (The Exact Case of the Statue), 2014 © Photo: Vincent Kozsilovics Tiago Borges (Angola) & Yonamine - AfroUFO, 2014 © Foto: Sebastiao Moreira © dpa Ines Doujak & John Barker - Loomshuttles, Warpaths, 2009-ongoing © Biennale de Sao Paulo

Biennale de Sao Paulo
© Vincent Kozsilovics pour l’Observatoire de l’art contemporain

« 1 / 14 » ×