Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur Instagram

Tendance à suivre

Les enjeux du marché en ligne

 | Avec l’explosion des NTIC, l’ère numérique a profondément modifié les modes de promotion, de transaction et de diffusion du marché de l’art contemporain au cours des dernières années. Le marché de l’art en ligne devient aujourd’hui le terrain habituel pour une nouvelle génération d’acheteurs. Cartographie d’une tendance aussi bien sources d’opportunités que de changements potentiellement radicaux.

Credit photo : Ruslan Grumble © Shutterstock.com
Credit photo : Ruslan Grumble
© Shutterstock.com

Le marché online en chiffres

Alors qu’il ne représentait que $870 millions en 2012 et $1.5 milliard en 2013, le marché de l’art en ligne pourrait dépasser les $3.6 milliards en 2018. Face à un marché chiffré à 47.4 milliards d’euros en 2013 (selon le TEFAF Art Market report 2014), la part reste certes modeste, mais l’évolution demeure importante. Les acteurs du monde de l’art sont de plus en plus enclins à poser l’Internet comme intermédiaire dans leur transaction. Ainsi, 59% des galeristes ayant participé à l’étude « Le marché de l’art en ligne en 2013 » réalisée par Hiscox et ArtTactic estiment nécessaires la mise en place d’une stratégie d’e-commerce. 64% des collectionneurs ont acheté en ligne des œuvres d’art dont un pourcentage important s’est appuyé sur la base d’une simple image numérique pour conclure leur achat. Plus que des statistiques, ces chiffres témoignent d’un changement profond des mentalités qui permet à Sotheby’s d’entrevoir un avenir fructueux dans son rapprochement avec l’entreprise de courtage en ligne Ebay. Bien que ce partenariat fait suite à deux tentatives avortées - Amazon en 1999 et Ebay en 2000 - elle s’avère nécessaire face à sa rivale Christie’s qui exploite avec succès le potentiel des enchères en ligne grâce à son site Christie’s LIVE. D’un côté, la solide et internationale réputation de Sotheby’s alliée au savoir-faire numérique et à la base de données de 145 millions de clients d’Ebay. De l’autre, Christie’s qui vient de consacrer un nouvel investissement de $20 millions à son développement digital.

Floraison de nouvelles sociétés estampillées Art contemporain

La médiatisation du marché de l’art s’accompagne de nombreuses externalités et une harmonie tend à se créer entre les métiers de l’art et ceux du domaine technologique. Dans le sillage des banques de données numériques pionnières - Artprice et Artnet - les start-up dédiées à l’art fleurissent et avec elles, l’investissement qui leur ait consacré. La plateforme de ventes en ligne Artsy est un exemple type de cette génération de nouveaux services numériques. Par le biais de son système de classification Art Genome, un algorithme recoupant des centaines de critères établis par des historiens d’art entend anticiper les gouts des utilisateurs en fonction de leur comportement d’achat. Lancé en 2012 autour d’investisseurs tels que Eric Schmidt (Google), le marchand Larry Gagosian, le président de Twitter Jack Dorsey, le site a bénéficié, début 2014, d’un apport de $18;5 millions pour son développement. ArtBinder dont l’application mobile est aujourd’hui utilisée par plus de 300 galeries a quant à elle levé un financement de $3.17 millions au cours de l’année 2014 et compte parmi ses clients David Zwirner, la Pace Gallery ainsi que Hauser & Wirth. Dans un article publié sur Bloomberg, les start-up dans les beaux-arts devraient soulever $144,6 millions en 2014, soit une augmentation de 14% par rapport à l’an dernier.

Si les NTIC ont joué un rôle indéniable dans la démystification du monde de l’art, le bilan est mitigé quant à l’asymétrie d’informations qui règne en particulier sur le secteur contemporain du marché de l’art. Le tournant stratégique adopté par Artprice consistant à convertir 80% de sa banque de données en contenu gratuit relève plus de l’exception que de la norme. En ce sens, l’Internet est moins une révolution du marché de l’art qu’un nouveau canal de monstration et de distribution. Les plateformes numériques exploitant le marché primaire se multiplient et offrent aux artistes et aux galeries une plus grande audience. Un nouveau marché est né.

Vincent Kozsilovics
Publié le 07/08/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Credit photo : Ruslan Grumble © Shutterstock.com

Credit photo : Ruslan Grumble
© Shutterstock.com

×