Tendance à suivre

Un vent arty souffle sur la presse écrite

Art contemporain | Si la presse écrite a toujours entretenu une approche visuelle relative à l’art et aux créateurs depuis l’almanach du Der Blaue Reiter en 1912 ou la collaboration de Richard Avedon au Harper’s Bazaar de 1945 à 1965... elle illustre une tendance qui se renouvelle aujourd’hui dans un double contexte : crise des médias et révolution numérique.

Magazine Harper’s Bazaar © Harper’s Bazaar
1 / 5
Magazine Harper’s Bazaar
© Harper’s Bazaar

De nouvelles possibilités créatives font souffler un vent arty sur les pages de journaux et magazines, à la recherche de l’originalité esthétique qui sera la clé de voûte pour déployer les ventes. Dans une volonté de contrer l’esthétique monolithique de leur support, journaux et magazines renouvellent leur iconographie. Typographies, mises en page et illustrations réalisées en collaboration avec des teams créatives ou des artistes contemporains justifient la montée en puissance de la carte arty pour la presse écrite. Une démarche paradoxale qui met en lumière une quête de différenciation - à l’heure de la crise du média « print » arrimé à l’ultra-concurrence de son secteur - et un certain mimétisme : Libération, M le Magazine du Monde, L’Officiel Hommes et New York magazine ont ainsi consacré des cartes blanches et des shootings photo à Maurizio Cattelan et Pierpaolo Ferrari de Toilet Paper magazine. Sur le même modèle, rédacteurs en chef (Stromae dans Les Inrocks) et directeurs artistiques invités (Jean-Charles de Castelbajac dans Stylist) attestent de cette abolition des frontières entre arts et presse écrite. La page de journal et de magazine est à la fois devenue un substitut de la toile grâce aux possibilités graphiques du numérique, ainsi qu’une vitrine des artistes influents du XXIème siècle. Une peoplisation de l’art qui évoque les « années Palace » où transculture et mixité sociale avaient cristallisé une nouvelle connexité entre arts visuels, musique et culture populaire - Pharrell Williams, curateur de l’exposition GIRL chez Perrotin illustre aussi la tendance - sans négliger la notion d’arketing, toujours plus omniprésente.

Maxime Gasnier / Nina Rodrigues-Ely
Publié le 08/07/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Magazine Harper’s Bazaar © Harper’s Bazaar Magasine L’Officiel Hommes © Shooting Maurizio cattelan Magasine L’Officiel Hommes © Shooting Maurizio cattelan Magasine L’Officiel Hommes © Shooting Maurizio cattelan Couverture de Les inROCKuptibles © DR

Magazine Harper’s Bazaar
© Harper’s Bazaar

« 1 / 5 » ×