Tendance à suivre

Un vent contemporain souffle au Puces de Saint-Ouen

Art contemporain | Les puces de Saint-Ouen bougent, s’agitent, grenouillent. Entre hybridation ou mutation, elles poursuivent leur évolution depuis l’installation du restaurant « Ma cocotte » signé Starck jusqu’à l’arrivée d’Habitat Vintage. L’art contemporain s’invite aussi avec street artistes et galeries. Entre hier et aujourd’hui, jusqu’où iront les Puces demain ?

Exposition Bling - oeuvres de Frank Perrin, Julio Le Parc, Ugo Schiavi, Matthieu Clainchard & Nicolas Milhé, Faycal Baghriche, Laurent Perbos / curator Arnaud Deschin © DR
1 / 9
Exposition Bling - oeuvres de Frank Perrin, Julio Le Parc, Ugo Schiavi, Matthieu Clainchard & Nicolas Milhé, Faycal Baghriche, Laurent Perbos / curator Arnaud Deschin
© DR

Premier marché mondial d’antiquités, plus de 2000 marchands accueillent 11 millions de visiteurs par an dans un dédale de marchés mêlant toutes les époques et tous les continents. Une atmosphère inégalable; c’est pour et par elle que les Puces sont classées « zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysagé ». Aujourd’hui, sous l’impulsion des marques, les Puces tendent à emprunter le chemin de Portobello, marché londonnien qui est passé en quelques années des antiquités à la mode.
Plutôt que la mode, ce sont les acteurs du monde de l’art contemporain et du design qui viennent tester ce « spot » de visibilité du week-end. Les street-artistes, sont installés dans les allées des marchés depuis longtemps de façon informelle. Habitat Vintage installe un pôle street-art avec un collectif de plus de 40 graffeurs, tandis que l’Eclaireur choisit de présenter des artisans d’art. Romain Tichit, fondateur de YIA Art Fair, ouvre un espace avec Arnaud Deschin de la GAD galerie jouant sur le concept de stand de foire toute l’année; leur lieu grand comme une puce agit comme un bureau et un lieu d’exposition dans un centre névralgique qu’est le marché Dauphine; l’exposition inaugurale MINI BLING présage une activité événementielle régulière (Fayçal Baghriche, Catalina Niculescu, Matthieu Clainchard & Nicolas Milhé). Les marchés contemporains profitent de l’ouverture du dimanche aux Puces.

Virginie Bertrand / Nina Rodrigues-Ely
Publié le 04/02/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Exposition Bling - oeuvres de Frank Perrin, Julio Le Parc, Ugo Schiavi, Matthieu Clainchard & Nicolas Milhé, Faycal Baghriche, Laurent Perbos / curator Arnaud Deschin © DR MATTHIEU CLAINCHARD & NICOLA MILHE, Pharmakon, 2013 © Courtesy La GAD FAYCAL BAGHRICHE, La ifham, 2006 © Courtesy de l’artiste et La GAD CATALINA NICULESCU, Matches, 2008, vidéo © Courtesy La GAD Arnaud Deschin et Romain Tichit fondateur du stand 124 dans l’exposition mini bling #1 aux puces de Paris - Marché Dauphine 2014 - Photo © Romain Bigot Mathieu Miljavach © Courtesy de l’artiste & L’Eclaireur Mathieu Miljavach © Courtesy de l’artiste & L’Eclaireur Mathieu Miljavach © Courtesy de l’artiste & L’Eclaireur Mathieu Miljavach © Courtesy de l’artiste & L’Eclaireur

Exposition Bling - oeuvres de Frank Perrin, Julio Le Parc, Ugo Schiavi, Matthieu Clainchard & Nicolas Milhé, Faycal Baghriche, Laurent Perbos / curator Arnaud Deschin
© DR

« 1 / 9 » ×