Tendance à suivre

Dubaï, une place de marché global

Marché de l'art | Depuis l’époque des grands marchands iraniens et des liens tissés avec l’empire britannique dans les années 1880, Dubaï cultive sa tradition de carrefour commerçant.

Sans titre © DR
Sans titre
© DR

De nombreuses galeries s’y établissent et profitent de cet écosystème historique. Leur nombre s’est multiplié par dix en cinq ans. Le quartier Al Quoz, zone de stockage et d’entrepôts de la cité-état, symbole de ce marché naissant en compte déjà à lui seul près d’une cinquantaine. La galerie iranienne Etemad y a créé sa première antenne hors Iran afin de profiter d’une exposition internationale, la majorité des acheteurs étant des expatriés du monde entier. Le Salsali Private Museum fondé par Ramin Salsali dans le but de dynamiser l’art au Moyen Orient et de favoriser le dialogue orient-occident se positionne à proximité. La galerie Grey Noise très active depuis 2008 à Lahore au Pakistan a décidé il y a 3 ans de re localiser son activité ici à Dubaï.
A travers l’art contemporain, le marché de l’art et ses infrastructures, l’émirat réactive et re tisse un lien culturel et économique entre les grands continents.

Pierre-edouard Martial / Nina Rodrigues-Ely
Publié le 08/10/2013
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Sans titre © DR

Sans titre
© DR

×