Tendance à suivre

Versailles / Murakami: Du réel au virtuel ou inversement

Art contemporain | L’intervention de l’artiste japonais Murakami dans le plus haut lieu du patrimoine français, au de là de toute polémique, interroge la frontière ténue des champs du réel et du virtuel.

Murakami à Versailles © DR
Murakami à Versailles
© DR

D’un côté, Le Palais de Versailles, un patrimoine d’une richesse spectaculaire, sanctuaire de la société du spectacle, instrument de communication avant l’heure, et aujourd’hui symbole du rayonnement culturel d’une France au passé.
De l’autre côté, Murakami, l’esprit d’une culture populaire décomplexée issue d’un aspect du Japon contemporain, inscrit dans le petit cercle des artistes les plus « valuables » du marché international.
Au final, une installation choc d’œuvres « superflat » , issues d’un univers virtuel à deux dimensions (BD, dessins animés) dans un décors réel à trois dimensions, celui de « La rose de Versailles » , le plus populaire des mangas pour au moins deux générations de japonnais.
Deux visions inversées du monde, mais aussi une mise en abîme du temps et de l’espace réellement virtuelle... Ou inversement.

Nina Rodrigues-Ely
Publié le 28/12/2010
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Liens externes

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Murakami à Versailles © DR

Murakami à Versailles
© DR

×