Signe à capter

Takashi Murakami / Virgil Abloh: de l’art à porter à la mode à accrocher

Art & entreprise | L’artiste japonais Takashi Murakami et le designer américain Virgil Abloh croisent leur univers de marque et conçoivent des œuvres en commun présentées à la galerie Larry Gagosian. Ce « trio de stars » rapprochent encore plus les frontières de l’art, de la mode et du marché... avec un effet buzz revendiqué.

Vue de l’exposition Murakami & Abloh - ‘‘Technicolor 2‘‘ à la Galerie Gagosian Paris © Virgil Abloh and © Takashi Murakami
1 / 5
Vue de l’exposition Murakami & Abloh - "Technicolor 2" à la Galerie Gagosian Paris
© Virgil Abloh and © Takashi Murakami

Pratique du renversement des codes, captation fulgurante de l’époque, langage des signes, Takashi Murakami et Virgil Abloh se connaissent, se revendiquent de la culture pop et aujourd’hui se croisent au sein même de la famille Vuitton.
Le premier réactive en 2003 la fameuse toile monogrammée Vuitton en lui donnant un supplément d’art, de luxe et de rareté par des séries limitées. Il est aussi le premier à casser les codes et mettre en abîme les signes du luxe et de l’art : incursion d’un sac de luxe signé Murakami/Vuitton dans un espace muséal au Museum of Contemporary Art de Los Angeles en 2007-2008; puis à la galerie Perrotin lors de l’exposition Learning the Magic Of The Painting où il présente une série de sacs « œuvre unique ».

Avec deux expositions à la galerie Gagosian à Londres et à Paris intitulées Future History et Technicolor II, un pas est encore franchi dans le croisement des imaginaires, la porosité des univers art - artisanat - design - technologie - arts visuels. Si les œuvres à 4 mains ont des supports divers (sérigraphies, vidéos, sculptures, installations...), l’entrecroisement du langage de chacun marque bien l’époque actuelle avec des pièces conçues comme des signalétiques. On note que l’association de ces trois notoriétés démultiplie leurs présences sur les réseaux à l’heure où les acheteurs cibles sont largement asiatiques, jeunes (moins de 30 ans) et ultra-connectés...
Depuis deux décennies, Murakami investit le terrain de la mode comme un support de création impactant le plus de monde possible, s’affichant dans la rue. Virgil Abloh, passe de l’architecture à la direction artistique de Kanye West avant de revêtir ce rôle pour Louis Vuitton en 2018.
Leur concept de collaboration est significatif jusqu’au bout puisqu’il induit la question de la différence : de formation, de pratiques artistiques, de culture, de génération.

Virginie Bertrand
Publié le 26/07/2018
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Vue de l’exposition Murakami & Abloh - “Technicolor 2“ à la Galerie Gagosian Paris © Virgil Abloh and © Takashi Murakami Vue de l’exposition Murakami & Abloh - “Technicolor 2“ à la Galerie Gagosian Paris © Virgil Abloh and © Takashi Murakami Vue de l’exposition Murakami & Abloh - “Technicolor 2“ à la Galerie Gagosian Paris © Virgil Abloh and © Takashi Murakami Vue de l’exposition Murakami & Abloh - “Technicolor 2“ à la Galerie Gagosian Paris © Virgil Abloh and © Takashi Murakami Vue de l’exposition Murakami & Abloh - “Technicolor 2“ à la Galerie Gagosian Paris © Virgil Abloh and © Takashi Murakami

Vue de l’exposition Murakami & Abloh - "Technicolor 2" à la Galerie Gagosian Paris
© Virgil Abloh and © Takashi Murakami

« 1 / 5 » ×


©

×