Signe à capter

Monde(s) flottant(s)

Art contemporain | La notion de monde flottant, concept majeur de la culture japonaise, transcende peu à peu ses origines religieuses et picturales pour influencer l’imaginaire occidental. Il exprime tantôt une lecture des sociétés postmodernes et des problématiques de déplacements, de mouvements et de renversements, tantôt la pluralité et la fragilité des systèmes de représentation de l’individu. Premiers signaux...

David Tudor, Rainforest V - Variation 1, 2015 © David Tudor & Composers Inside Electronics
1 / 5
David Tudor, Rainforest V - Variation 1, 2015
© David Tudor & Composers Inside Electronics

Issu du mouvement artistique japonais Ukiyo (浮世 / 1603-1868), le terme Monde flottant témoigne au travers de la peinture et de l’estampe gravée sur bois, de l’impermanence des choses ainsi que de l’insouciance d’une société à l’époque en pleine mutation sociale et économique. Il s’agit d’observer et d’apprécier la vie telle qu’elle se déroule sous nos yeux.

Mathieu Briand expérimente la question de l’impermanence lors des expositions Le Monde Flottant et Derrière le Monde Flottant au Palais de Tokyo en 2003 et au Musée d’Art Contemporain de Lyon en 2004; installations immersives où le visiteur est plongé dans un espace au sol mouvant, à l’image de ce que l’on appelle les ondes stationnaires.

Il est ainsi question de créer un parallèle entre les systèmes de représentation de l’individu tels qu’ils sont exprimés dans l’Art (matériel et intellectuel) et la réalité biologique, l’imperfection de nos systèmes de pensées avec l’harmonie du monde vivant. Cette vision artistique est notamment appréhendable dans l’œuvre historique de Marcel Duchamp Elevage de poussière au sein de laquelle il fait cohabiter détermination et indétermination.

Emma Lavigne choisit cette thématique fondamentale pour concevoir le propos de la Biennale de Lyon 2017. L’exposition qui rassemble des artistes occidentaux et non occidentaux (Ernesto Neto...), historiques (Hans Haacke, Richard Buckminster-Fuller...), modernes a pour spécificité d’entrelacer les champs visuel et sonore. Un lien étroit s’établit entre l’état de conscience du mouvement flottant et l’espace sonore quasi autonome (Susanna Fritscher, Cildo Meireles ou Celeste Boursier-Mougenot...) ; le son pour approcher au plus près le réel, se l’approprier et se laisser submerger pour en faire jaillir le vivant.

Camille Sauer / Vincent Kozsilovics
Publié le 30/01/2018
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Liens externes

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

David Tudor, Rainforest V - Variation 1, 2015 © David Tudor & Composers Inside Electronics ZORBAR Icaro, Sympathy for the Devil, 2012 © Courtesy Casas Riegner © Larry Muñoz MEIRELES Cildo, Babel, 2011 © Agomstino Osio © Cildo Meireles Shimabuku, When sky was sea, 2002 © Performance _ Video Installation courtesy the artist and Air de Paris, Paris Mathieu Briand. Ubïq : un monde flottant, Musée de la Main, 2007 © Photo : Bruno Amsellem

David Tudor, Rainforest V - Variation 1, 2015
© David Tudor & Composers Inside Electronics

« 1 / 5 » ×