Signe à capter

Damien Hirst à la fondation Pinault, réactivation de marché

Marché de l'art | Après une période de forte baisse des prix et une augmentation du taux d’invendus entre 2008 et 2014, les résultats des ventes aux enchères depuis le 1er janvier 2016 par Christie’s et Sotheby’s à Hong Kong, New York, Londres et Paris attestent d’une amélioration. Cette progression s’inscrit en amont de l’événement de Venise, le point saillant étant constitué par la vente de The Void chez Phillips dans le vent de son l’actualité.

Damien Hirst, The Void (2000) vendue 5,85 millions de dollars chez Phillips New York le 18/05/2017 © Courtesy of Phillips
Damien Hirst, The Void (2000) vendue 5,85 millions de dollars chez Phillips New York le 18/05/2017
© Courtesy of Phillips

Sur les trois derniers semestres, seuls 4 lots sont déclarés ravalés parmi les 43 proposés aux enchères et plus de la moitié sont adjugées au-dessus des estimations pour un volume total de ventes atteignant 15.238.960 $.

Si ces résultats s’avèrent meilleurs que les années précédentes, la situation actuelle doit toutefois être analysée avec prudence. En premier lieu, car ces ventes sont loin d’égaler celles des années 2004 à 2008. Selon l’outil Artnet Price Database, sur l’ensemble de sa carrière, 82 des 100 plus fortes enchères se concentrent sur cette même période; 40 d’entre elles durant la seule vente “Beautiful Inside My Head Forever” organisée chez Sotheby’s en 2008.

On constate que depuis le 1er janvier 2016, toutes maisons de ventes confondues, les cinq ventes millionnaires concernent exclusivement des œuvres produites avant 2008 :
- In Search of Nirvana (2007) vendue par Sotheby’s London en 2016 pour 1.744.101$ (est. 1.881.603 / 2.605.297) ;
- Do You Know What I Like About You (1994) vendue par Christie’s New York en 2016 pour 1.039.500$ (est. 900.000 / 1.200.000) ;
- Disintegration - The Crown of Life (2006) vendue par Phillips New York en 2016 pour 1.150.000$ (est. 1.000.000 / 1.500.000) ;
- Midas and the Infinite (2007) vendue par Sotheby’s Hong Kong en 2017 pour 1.016.587$ (est. 836.432 / 1.093.796) ;
- The Void (2000) vendue par Phillips New York en 2017 pour 5.850.000$ (est. 5.000.000 / 7.000.000).

Cette amélioration témoigne du rééquilibrage conjoncturel d’un marché durablement affecté par la stratégie de démultiplication des œuvres en édition de multiples, plus proche du produit déviré. La vente de The Void (236 x 471 x 11 cm / 2000) - l’une des armoires à pilules emblématiques de la série « Pill Cabinet » - illustre cet état de fait. Adjugée pour 5.85 millions $, c’est trois fois moins que le record établit par Lullaby Spring (183,3 x 275,3 x 10,2 cm / 2002) vendue dix ans plus tôt chez Sotheby’s Londres pour 19.2 millions $.

L’événement vénitien produit manifestement des conséquences à mesurer sur le long terme avec en toile de fond un marché extrêmement concurrentiel autour d’une clientèle cible de milleniums, de nouveaux profils de milliardaires pour qui “posséder un Hirst” marque un statut de réussite.

Vincent Kozsilovics
Publié le 28/06/2017
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Damien Hirst, The Void (2000) vendue 5,85 millions de dollars chez Phillips New York le 18/05/2017 © Courtesy of Phillips

Damien Hirst, The Void (2000) vendue 5,85 millions de dollars chez Phillips New York le 18/05/2017
© Courtesy of Phillips

×