Signe à capter

Julie Mehretu et Ibrahim El Anatsui dans la sphère spéculative

 | Deux figures de l’art contemporain d’Afrique, deux générations, Julie Mehretu et Ibrahim El Anatsui intègrent la sphère spéculative du marché de l’art avec des prix qui s’enflamment en ventes publiques. Cet effet codifié par le Africa Art Market Report en 2015 trouve son point de basculement autour de l’année 2010.

Julie Mehretu, Retopistics: A Renegade Excavation (2001), vendue 4.603.750 USD par Christie’s New York en 2013 (estimations: 1.400.000 - 1.800.000 USD) © 2007 Julie Mehretu, courtesy The Project, New York
1 / 2
Julie Mehretu, Retopistics: A Renegade Excavation (2001), vendue 4.603.750 USD par Christie’s New York en 2013 (estimations: 1.400.000 - 1.800.000 USD)
© 2007 Julie Mehretu, courtesy The Project, New York

Sur la période 2003 - 2016, 84 lots de l’artiste originaire d’Éthiopie Julie Mehretu familière des peintures de grandes dimensions sont passés aux enchères engendrant un total de 36.425.525$. 95% de cette somme concerne des ventes réalisées au cours des six dernières années. En 2010, l’artiste signe sa première enchère millionnaire avec la pièce Untitled 1 (2001) adjugée 1.022.500$ par Sotheby’s New York. Depuis, on recense 15 adjudications à 7 chiffres dont le record actuel, l’œuvre Retopistics  : A Renegade Excavation (2001) vendue en 2013 pour 4.603.750$ chez Christie’s New York. L’artiste Ghanéen Ibrahim El Anatsui adepte des matériaux recyclés voit quant à lui le prix de ses œuvres décoller en 2012 lorsque 4 des 6 pièces mises aux enchères trouvent acquéreurs pour plus de 700.000$ chacune. Durant les quatre dernières années, 6 enchères millionnaires sont attribuées à celui honoré en 2015 du Lion d’Or pour l’ensemble de sa carrière à la Biennale de Venise. Actuellement, la vente record de l’artiste porte sur l’œuvre Paths to the okro farm (2006) vendue 1.445.000$ chez Sotheby’s New York en 2013.

Toutefois, les signes d’un repli sur le second marché sont à signaler, particulièrement pour Ibrahim El Anatsui. En 2016, près de la moitié des lots présentés aux enchères demeurent invendus. Comparé aux résultats annuels précédents, c’est la première fois que le volume total des ventes s’inscrit en deçà de la somme des estimations basses (2.501.794$ contre 2.669.224$). Des ravalements qui, fait inédit, portent pour certains sur des œuvres à forte valeur - Delta (2010), estimée entre 900.000 et 1.200.000$.

Vincent Kozsilovics
Publié le 13/02/2017
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Julie Mehretu, Retopistics: A Renegade Excavation (2001), vendue 4.603.750 USD par Christie's New York en 2013 (estimations: 1.400.000 - 1.800.000 USD) © 2007 Julie Mehretu, courtesy The Project, New York El Anatsui, Paths to Okro Farm, 2006 © El Anatsui. Courtesy of the artist and Ja

Julie Mehretu, Retopistics: A Renegade Excavation (2001), vendue 4.603.750 USD par Christie’s New York en 2013 (estimations: 1.400.000 - 1.800.000 USD)
© 2007 Julie Mehretu, courtesy The Project, New York

« 1 / 2 » ×