Signe à capter

Le double je, un jeu universel

Art contemporain | Les faits : l’artiste français Alexandre Ouairy s’est expatrié très jeune en Chine. Il adopte une identité chinoise en se créant un double sous le nom de Tao Hongjing : infuser la culture chinoise par un processus de création propre à l’esprit chinois.

Alexandre Ouairy, Hell Money No.4 © Red gate gallery
1 / 5
Alexandre Ouairy, Hell Money No.4
© Red gate gallery

Après 10 années évoluant dans le milieu de l’art sous le nom de Tao Hongjing, Alexandre Ouairy décide de se séparer de son double. Cette actualité est largement relayée par les médias internationaux selon des approches révélant des profondes différences culturelles :

La presse française oppose une réaction émotive coupant net le cours de l’analyse et fait prévaloir l’aspect économique. Le Figaro : « Imposteur, l’artiste chinois en vogue à Pékin était français » ; Le Parisien : « À Shanghai un Français se fait passer pour un artiste chinois et dope ses ventes » ; Focus vif « Génie ou imposeur ? Il se fait passer pour un chinois et multiple le prix de ses toiles par cent ».

La presse anglo-saxonne adopte un point de vue analytique sans juger le phénomène The Telegraph titre « Chinese artist Tao Hongjing reveals he’s a Frenchman called Alexandre » ; Artnet : « Meet the white artist who pretended to be Chinese for a decade ».

La presse spécialisée chinoise s’intéresse et interroge le rapport social et le jeu culturel : Art Spy titre « Tao final show », National Art «  Tao Hongjing solo show  ».

Trois cultures et trois angles d’approche subjectifs pour le même phénomène qui finalement met en évidence la complexité du double, sa dynamique créative, dans le jeu universel de la condition humaine, des mutations, déplacements, passages d’un monde à l’autre.

Carlotta Montaldo / Vincent Kozsilovics
Publié le 01/12/2015
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Alexandre Ouairy, Hell Money No.4 © Red gate gallery Alexandre Ouairy © Ph Greg Baker Alexandre Ouairy, Safety First-Shipping © Red gate gallery Alexandre Ouairy, Amitabha No.1 © Red gate gallery Alexandre Ouairy, Buddha Head No. 3 © Red gate gallery

Alexandre Ouairy, Hell Money No.4
© Red gate gallery

« 1 / 5 » ×