Signe à capter

Le malaise culturel français

Art & entreprise | Le limogeage brutal de Nicolas Bourriaud, directeur de l’ENSBA, suscite un émoi sans égal dans les milieux culturels autant en France qu’à l’international.

Nicolas Bourriaud (à gauche / détail) © Prix Meurice pour l’art contemporain - Fleur Pellerin (à droite / détail) © AFP / Alain Jocard © DR
Nicolas Bourriaud (à gauche / détail) © Prix Meurice pour l’art contemporain - Fleur Pellerin (à droite / détail) © AFP / Alain Jocard
© DR

La ministre de la Culture motive sa décision, néanmoins légale, par « le manque de projet pour l’école après quatre ans d’exercice » et par l’absence du directeur à la soirée CHOICES, une raison assez surprenante par son caractère périphérique. L’intéressé ouvre plus sérieusement le débat point par point dans une interview exclusive donnée à Télérama rappelant les axes de sa politique de gestion et d’action en phase avec les enjeux transversaux du marché international, du recours au mécénat, des partenariats avec des institutions historiques et des partenariats internationaux avec des écoles d’autres continents. Au-delà des rumeurs de chaises musicales, ce fait compris comme un « fait du prince » met en évidence une France culturelle à deux vitesses avec une institution enrayée par la lourdeur de « l’esprit administratif » héritée de temps anciens et peu compatible avec les visions contemporaines.

Nina Rodrigues-Ely
Publié le 14/07/2015
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Nicolas Bourriaud (à gauche / détail) © Prix Meurice pour l’art contemporain - Fleur Pellerin (à droite / détail) © AFP / Alain Jocard © DR

Nicolas Bourriaud (à gauche / détail) © Prix Meurice pour l’art contemporain - Fleur Pellerin (à droite / détail) © AFP / Alain Jocard
© DR

×