Signe à capter

L'offensive online "de Pury"

 | En lançant sa plateforme de ventes aux enchères en ligne, Simon de Pury signe son entrée dans la sphère numérique. Créée en partenariat avec Mallett Antiques, de Pury bénéficie du soutien de Klaus Hommels, investisseur en capital-risque très actif dans le monde digital.

Simon de Pury © Courtesy of de Pury
Simon de Pury
© Courtesy of de Pury

Dans un marché de plus en plus concurrentiel, le « modèle de Pury » tient dans la dématérialisation du catalogue de vente. Substituant le numérique au support physique traditionnel, de Pury de Pury opère une logique d’innovation marginale; le contenu est potentiellement plus riche, la retransmission en direct des ventes au format HD. D’autre part, la société réalise une économie de production lui permettant de mener une stratégie d’entrée de marché similaire aux prix prédateurs. Les frais de commission à 15% pour les lots inférieurs à $2 millions sont bien plus faibles que ceux pratiqués par Sotheby’s et Christie’s. Pour exemple, Sotheby’s facture des frais de 25% jusqu’à $200 000, 20% jusqu’à $3 millions et 12% au-dessus. L’arrivée de Simon de Pury témoigne d’un marché online qui poursuit sa fragmentation et la place de l’Internet comme mode de consommation de l’art en passe de devenir incontournable.

Vincent Kozsilovics
Publié le 16/06/2015
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Simon de Pury © Courtesy of de Pury

Simon de Pury
© Courtesy of de Pury

×