Signe à capter

Hirst, une cote en décote

Marché de l'art | Sur la période couvrant janvier 2008 à janvier 2014, les œuvres de Damien Hirst ont enregistré une décote marquée par une baisse des prix de l’ordre de 65%, un taux de lots vendus en baisse de 56% et un taux d’invendus supérieur à 30% (chiffres Artprice).

Damien Hirst © Michael Birt for Newsweek
Damien Hirst
© Michael Birt for Newsweek

Les résultats de vente de la maison Sotheby’s sur l’année 2014 corroborent ce fait. Des 38 lots proposés à l’achat, 10 ont été ravalés, 16 échangés au-dessus de l’estimation haute et seule une enchère millionnaire adjugée. Par l’organisation entrepreneuriale autour de son nom label, une unité de production intégrant une centaine d’assistants, ses boutiques Other Critera, la vente marketing de ses œuvres chez Sotheby’s en 2008, Damien Hirst a opéré une réelle mutation autour de la position de l’artiste en démultipliant les codes de la marque. Un changement de statut lourd de sens dont les répercussions se font sentir aujourd’hui. Une marque reste une entreprise qui doit sans cesse produire pour se développer alors que sur un marché globalisé de l’art, extrêmement concurrentiel, la rareté et l’unicité redeviennent le maître étalon en période d’incertitude.

Vincent Kozsilovics
Publié le 14/11/2014
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Liens externes

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Damien Hirst © Michael Birt for Newsweek

Damien Hirst
© Michael Birt for Newsweek

×