Signe à capter

L'OEil symptomatique de Mike Kelley

Art contemporain | A la suite de la rétrospective au Stedelijk museum de Mike Kelley, le centre Pompidou en présente une reconfiguration. Artiste majeur de la scène artistique californienne disparu en 2012, son travail se nourri des « sous-cultures » , mythologies populaires, histoires contemporaines « mineures » ou « parasites » : punk, science fiction, démonstrations technologiques spectaculaires. Membre du groupe punk « destroy all monsters » à ses débuts, il porte un regard sans condescendance ni leçon de bon goût sur la culture pop et son imagerie. A l’inverse, ces ensembles représentent pour lui autant de symptômes et points d’entrées dans des psychologies, névroses et troubles communs à l’échelle d’une société ; autant de points d’entrée dans des ensembles de conventions, normes, strates d’une construction culturelle et sociale institutionnalisée qui a ses parties cachées, ses sous-sols, ses poubelles et ses monstres. Comment se décrivent, s’écrivent, se définissent les conventions culturelles ?

Mike Kelley © DR
Mike Kelley
© DR

Victor Rochette / Nina Rodrigues-Ely
Publié le 17/05/2013
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Mike Kelley © DR

Mike Kelley
© DR

×