Signe à capter

Réactiver l'histoire sans passer par la mémoire

Art contemporain | Parmi les œuvres de l’exposition de Stéphane Calais à l’Espace Claude Berry, La Pléïade (2009) se présente comme une série de 80 sérigraphies noir&blanc à tirage unique dont les représentations semblent saisies dans l’ébullition de leurs mouvements. A partir de 8 portraits de personnages historiques ayant un lien avec la ville de Metz, l’artiste en a réalisé ces variations après les avoir superposés selon une combinatoire aléatoire. Une manière de réactiver l’histoire en contractant le temps sans passer par la mémoire.

Stéphane Calais, ’’La Pléïade’’, 2009 (vue partielle) © DR
Stéphane Calais, ’’La Pléïade’’, 2009 (vue partielle)
© DR

Nina Rodrigues-Ely
Publié le 20/02/2009
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Liens externes

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Stéphane Calais, ’’La Pléïade’’, 2009 (vue partielle) © DR

Stéphane Calais, ’’La Pléïade’’, 2009 (vue partielle)
© DR

×