Analyse à décoder

La réalité virtuelle et l’engagement

Analyse à décoderArt contemporain | Inventées dès la fin des années 1960, la réalité virtuelle et la réalité augmentée se développent progressivement entre les années 1970-80 pour être utilisées d’abord essentiellement dans l’industrie aéronautique dans les années 1990. Ce n’est que depuis quelques années qu’elles se développent de manière exponentielle dans tous les domaines, de la médecine aux sciences humaines, de l’industrie à la vie courante. Leurs développements tendent à révolutionner nos modes de vie. Les artistes explorent ces technologies pour produire de nouveaux types d’expériences, notamment pour des œuvres engagées dans des problématiques politiques et écologiques.

Alejandro González Iñárritu, Carne Y Arena (VIrtually Present, Physically Invisible), 2017, Virtual Reality Content, Run time: 6.5 minutes © Alejandro González Iñárritu / Image by Neil Kellerhouse
Alejandro González Iñárritu, Carne Y Arena (VIrtually Present, Physically Invisible), 2017, Virtual Reality Content, Run time: 6.5 minutes
© Alejandro González Iñárritu / Image by Neil Kellerhouse

L’immersion, «  virtuellement présent, physiquement invisible  »

Pieds nus dans le sable, dans le noir, vous êtes légèrement à l’écart du groupe, vous restez immobile afin d’éviter le faisceau lumineux des US Patrols. Jusqu’à aujourd’hui vous ne vous étiez jamais retrouvé dans une telle angoisse en plein désert face à des hommes armés. La nuit s’assombrit, et vous comprenez que c’est fini. Vous retirez votre casque de réalité virtuelle. Pendant six minutes, vous vous êtes retrouvé dans la peau d’un migrant sud-américain tentant de franchir la frontière des Etats-Unis. Vous venez de faire l’expérience de Carne y arena d’ Alejandro Iñarritu et Emmanuel Lubezky, œuvre distinguée d’un Oscar de Special Achievement de l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences et première œuvre VR présentée au festival de Cannes 2017. (1)
Sous-titrée «  virtuellement présent, physiquement invisible  » l’œuvre tend à faire sortir de l’ombre la réalité de la condition de migrant. Elle fait partager le vécu de personnes forcées de s’exiler et la terreur de leur situation. Elle se fonde sur des entretiens menés par Iñarritu avec une douzaine d’immigrants d’Amérique Latine ayant survécu au passage de la frontière. Ceux-ci racontent leurs expériences dans une vidéo que le visiteur voit après l’expérience VR de la frontière.

Alejandro González Iñárritu, Carne Y Arena (VIrtually Present, Physically Invisible), 2017 © Photo: Emmanuel Lubezki
Alejandro González Iñárritu, Carne Y Arena (VIrtually Present, Physically Invisible), 2017
© Photo: Emmanuel Lubezki

Vous enfilez maintenant un autre casque de réalité virtuelle.
Là, vous vous retrouvez plongé dans le temps d’une Hawaï engloutie sous les eaux, à la recherche d’un oiseau disparu en 1987, le Kaua’i. Une voix vous indique les changements de profondeur et des dates liées à l’histoire de l’île, vous comprenez que vous entrez dans l’abysse d’un temps révolu. Vous glissez dans le paysage lisse de la forêt tropicale, dont l’esthétique est proche de celle d’un jeu vidéo. Soudain vous entendez le chant du Kaua’i et voyez apparaître en apesanteur dans l’atmosphère un tracé calligraphique qui correspond à son intensité, vous tournez autour puis contemplez s’évanouir cette sculpture éphémère. Vous êtes dans Re-animated (2019), œuvre en VR de quinze minutes de Jakob Kudsk Steensen, présentée aux Rencontres photographiques d’Arles 2019.

Jakob Kudsk Steensen, Re-Animated, 2019 © Jakob Kudsk Steensen
Jakob Kudsk Steensen, Re-Animated, 2019
© Jakob Kudsk Steensen
L’artiste a travaillé à partir d’une multitude de documents et objets indigènes notamment aux archives de l’art américain de Washington D.C. Afin de reconstituer le paysage hawaïen, il rassemble et scanne en 3D les éléments de flore et faune de l’île.
Réalisée par le compositeur Michael Riesman, la musique algorithmique qui accompagne la réalité virtuelle est générée en temps réel, les plantes et insectes en suivent les pulsations. Le souffle et la voix de chaque visiteur impactent sur l’atmosphère virtuelle, l’expérience se révèle différente pour chacun.

Un nouveau type de documentaire pour éveiller l’engagement

Carne y arena et Re-animated sont des œuvres engagées dans des problématiques politiques et écologiques. Les artistes explorent la réalité virtuelle pour éveiller de manière presque viscérale les problèmes traités.
Carne y arena joue sur la sensation et l’émotion de l’expérience pour faire éprouver intimement ce qu’est être migrant. Pour Alejandro Iñarritu il s’agit de rendre cette condition concrète pour ceux qui en sont éloignés et de révéler les problèmes et impasses politiques liés aux migrations alors que le phénomène ira croissant dans les années à venir, non seulement du fait des guerres et régimes totalitaires, mais du fait des changements climatiques. En vous impliquant physiquement dans des problèmes actuels brûlants, l’œuvre se présente comme un nouveau type de documentaire auquel vous n’êtes plus simple observateur ou spectateur au sens traditionnel, mais un «  participant  » qui vit sensoriellement la scène sans en être non plus acteur.

L’esthétique réaliste et lisse de la forêt tropicale engloutie de Re-animated vous interroge sur votre rapport à l’environnement  : la réalité virtuelle sera-t-elle bientôt le seul mode d’expérience du chant d’oiseaux aujourd’hui en voie de disparition ? Deviendra-t-elle l’unique mode d’expérience de telles zones vierges en danger ? La mémoire ultime de paysages engloutis ? Le chant virtuel du Kaua’i résonne dans la forêt tropicale engloutie, mettant en perspective les urgences écologiques contemporaines.

Jakob Kudsk Steensen, Re-Animated, 2019 © Jakob Kudsk Steensen
Jakob Kudsk Steensen, Re-Animated, 2019
© Jakob Kudsk Steensen

Les perspectives

En vous faisant évoluer dans un environnement contrôlé avec une latitude de mouvements, de manœuvres et initiatives, de telles œuvres en réalité virtuelle résonnent avec la manière dont vous vous comportez dans un environnement réel, elles vous renvoient à vos conditions présentes d’existence, vous poussant à agir dans le réel.
Physiologie et psychologie de l’expérience sont des éléments clés en réalité virtuelle et seront essentiels quant à ses développements à venir. Dans quelques années la réalité virtuelle pourrait se développer de pair avec l’intelligence artificielle pour donner jour à des œuvres qui s’adapteront à chaque individu.

(1) Elle a été depuis présentée à la Fondation Prada de Milan, au LACMA de Los Angeles, au Tlatelolco University Cultural Center de Mexico.

Maud Maffei
Publié le 08/10/2019
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Alejandro González Iñárritu, Carne Y Arena (VIrtually Present, Physically Invisible), 2017, Virtual Reality Content, Run time: 6.5 minutes © Alejandro González Iñárritu / Image by Neil Kellerhouse

Alejandro González Iñárritu, Carne Y Arena (VIrtually Present, Physically Invisible), 2017, Virtual Reality Content, Run time: 6.5 minutes
© Alejandro González Iñárritu / Image by Neil Kellerhouse

×


©

×