Analyse à décoder

L'esprit Naoshima

Analyse à décoderArt contemporain | Naoshima, une île s’inscrivant dans un archipel de la mer intérieure de Seto, bénéficie aujourd’hui d’une aura culturelle sans équivalent avec 500 000 visiteurs par an. En coulisse, il y a l’approche pionnière et visionnaire de Soichiro Fukutake qui insémine auprès des populations insulaires locales l’éducation, l’architecture et l’art; leur pouvoir à transmuter les lieux et les êtres. Décryptage.

Chichu Art Museum © Fujitsuka Mitsumas
1 / 9
Chichu Art Museum
© Fujitsuka Mitsumas

L’Origine

Dès 1970, précédant le programme culturel à venir, le maire de Naoshima pose à l’époque une empreinte éducative dans la partie centrale de l’île avec la construction d’une école primaire et d’un complexe de 3 bâtiments dédiés à l’éducation conçus par l’architecte Kazuhiro Ishii. La reconversion de Naoshima, à l’économie moribonde, débute en 1985 avec la collaboration de Tetsuhiko Fukutake, président de la Benesse Corporation (à l’époque Fukutake Publishing), un groupe leader dans le secteur de l’éducation. Naît un projet excluant les stratégies habituelles de développement touristique de loisir et de divertissement pour s’orienter vers un projet dédié à l’éducation autour de camps de vacances pour des enfants qui viendraient du monde entier.

Teshima Art Museum © Ken'ichi Suzuki
Teshima Art Museum
© Ken'ichi Suzuki

Après sa mort en 1986, son fils Soichiro Fukutake ancre plus encore la vision longue portée de son père dans la mire de l’éducation, l’architecture et l’art contemporain, en lien avec la population insulaire; il amplifie le programme en y incluant deux autres îles ayant pour point commun la nécessité de transformer une économie du passé en une économie du présent : Inujima doit en effet faire son deuil de l’ancienne activité florissante autour du cuivre qui fait vivre sa population de1909 à 1919, tandis que Teshima doit changer son image à la suite d’un scandale lié l’entreposage de déchets industriels.

Une topographie vertueuse : Economie-Education-Art

L’activité de Naoshima s’articule autour de trois zones interdépendantes :
- le nord accueille l’activité économique productive avec l’entreprise Mitsubishi Material, une raffinerie de production de cuivre, argent et or; le plus gros employeur de l’île.
- la partie centrale de l’île, qui concentre les zones résidentielles et éducatives, voit apparaître en 1998 le Art House Project ayant pour mission de réanimer les maisons abandonnées du village par des projets artistes; la compagnie Benesse se chargeant de les restaurer en collaboration avec des artistes en vue de l’installation d’œuvres pérenne dans celles-ci. Ainsi la maison Kadoya, 200 ans d’âge, est ressuscitée par l’artiste japonais Tatsuo Miyajima qui y réalise Sea of Time ’98.
- Dans le sud de l’île se déploie une zone culturelle accueillant des œuvres en plein air et surtout une série de musées du Benesse Art Site Naoshima intégrant harmonieusement nature, art et architecture.

Art House Project “Kadoya” © Norihiro Ueno
Art House Project “Kadoya”
© Norihiro Ueno

L’interaction des trois parties de l’île est favorisée par la pénétration de l’art contemporain dans le quotidien des insulaires, ceux-ci participant à la restauration des maisons, à la réalisation des projets d’artistes jusqu’à la médiation. Une action qui a pour effet premier de transformer en profondeur cette communauté insulaire.
Ce processus de transformation est également appliqué aux deux autres îles : en 2008, Inujima transforme les 2000 m2 de son ancienne usine de cuivre en un lieu d’exposition et amorce deux ans plus tard le Art House Project, cinq lieux d’exposition dans des maisons traditionnelles restaurées et transformées par l’architecte Kazuyo Sejima; tandis qu’à Teshima s’élabore une œuvre architecturale, un édifice en forme de goutte d’eau par l’architecte Ryue Nishizawa, accueillant Matrix de l’artiste japonaise Rei Naito.

Une œuvre totale, l’art tisse l’esprit

L’aspect visionnaire du projet muséal de Soichiro Fukutake prend sa source dans l’insularité; une île est un territoire en suspension, entre mer et terre, marquée en profondeur par l’isolement; cet isolement génère une capacité d’adaptation, de compensation ou de concentration pour les populations humaines, animales et organiques.
Le Benesse House commandité à Tadao Ando va manifester dès 1992 l’esprit atemporel de Naoshima; le musée intègre aussi un hôtel musée construit originellement au sein du parc national. Le visiteur a la possibilité de dormir sur place, de vivre corporellement l’expérience des œuvres dans le temps et non pas « en passant » comme dans les musées traditionnels. L’art, l’architecture, la nature restructurent et transforment le corps et l’esprit vers l’essence de la vie. Ainsi, au cœur du premier musée, l’œuvre de Bruce Nauman, 100 Live and Die, est accompagnée par d’autres pièces aussi intenses de Nam June Paik, Yukinori Yanagi, Richard Long, Alberto Giacometti ou Yves Klein… Le Chichu Art Museum (2004), conçu par Tadao Ando intègre les œuvres de trois artistes occidentaux qui déroulent une progression autant visuelle que spirituelle : cinq toiles de la série des Nymphéas de Claude Monet, une sculpture monumentale de l’américain Walter de Maria Time/Timeless/No Time (2004), puis trois installations de l’américain James Turrel, Afrum Pale Blue (1968), Open Field (2000), Open Sky (2004).

Walter De Maria Time/Timeless/No Time 2004 © Michael Kellough
Walter De Maria Time/Timeless/No Time 2004
© Michael Kellough

Dans ce sillage, Tadao Ando bâtit en 2010 un musée dédié au Sud-Coréen Lee Ufan rassemblant des peintures et sculptures des années 1970 à nos jours.
La nature sauvage s’ouvre à l’intégration d’œuvres en intimité avec les lieux que le visiteur peut découvrir lors de longues marches : Niki de Saint Phalle, Dan Graham, Yayoi Kusama… l’atmosphère magnétique de l’environnement induit au dépassement de l’objet physique vers le phénomène de la vision pure, de la contemplation.
Dans la disparition de toute temporalité, l’île devient un espace paradoxal oscillant entre le réel et l’imaginaire. Ici, l’art a pour objet de tisser l’esprit, traverser le vivant pour percevoir une autre dimension.

Carlotta Montaldo
Publié le 06/12/2016
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Chichu Art Museum © Fujitsuka Mitsumas Benesse House © Tadasu Yamamoto Art House Project “Kadoya” © Norihiro Ueno Art House Project “Kadoya” Tatsuo Miyajima"Sea of Time ’98" © Ken'ichi Suzuki Inujima Seirensho Art Museum © Daici Ano Inujima “Art House Project“ F-Art © Takashi Homma Teshima Art Museum © Ken'ichi Suzuki Chichu Art Museum © Fujitsuka Mitsumas Lee Ufan Museum © Tadasu Yamamot

Chichu Art Museum
© Fujitsuka Mitsumas

« 1 / 9 » ×


©

×