Analyse à décoder

Cas de collectionneur : Giulana & Tommaso Setari

Analyse à décoderArt contemporain | « L’art nous habitue à la beauté, à la rigueur, au maintien. » Pour les Setari, la proximité de l’art et des artistes participe à la construction de soi, à une initiation qui préfigure une vision ample du monde. Tommaso grandit à Rome entouré d’artistes proches de ses parents qui en collectionnaient les tableaux. Giuliana passe son enfance à Pescara, y poursuit des études de lettres, d’histoire de l’art, suit des cours sur la peinture flamande, fréquente des galeries d’art.

Giuliana Setari Causi devant «Asymmetrical Pyramid», 1986, de Sol LeWit © Philippe Sebirot
Giuliana Setari Causi devant «Asymmetrical Pyramid», 1986, de Sol LeWit
© Philippe Sebirot

Le déclic

Son premier émoi artistique a lieu en 1976 lors d’une exposition dans une ancienne prison : une œuvre au sol d’Ettore Spalletti, du pur pigment bleu, une vision sensible de ciel qui l’amènera aussitôt à rencontrer l’artiste dans son atelier. Tommaso et Giuliana se rencontrent à Bruxelles en 1977. Elle fait un stage à la direction de la culture de la Commission européenne, lui « dirige la salle des marchés d’une grande banque japonaise ».

La première œuvre

En 1979, deux ans après leur rencontre, les Setari ont un coup de foudre pour une œuvre de […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Giuliana Setari Causi devant «Asymmetrical Pyramid», 1986, de Sol LeWit © Philippe Sebirot

Giuliana Setari Causi devant «Asymmetrical Pyramid», 1986, de Sol LeWit
© Philippe Sebirot

×


©

×