Analyse à décoder

Pourquoi Milan est-elle la capitale mondiale du marché du design ?

Analyse à décoderArt & entreprise | Milan est avec Turin et Gênes l’un des sommets du triangle industriel à l’origine du boom économique italien des années 50 et 60. Sa spécificité est d’avoir connecté de manière symbiotique, à travers le secteur privé, l’ère de l’industrialisation à l’art, l’architecture, le design. Décryptage d’une ville à la pointe du marché du design.

Federico Maccapani pour Missoni, Design Week 2014 © Ph Mbroidered
1 / 10
Federico Maccapani pour Missoni, Design Week 2014
© Ph Mbroidered

Un esprit d’entreprise, un esprit décloisonné

Après la Deuxième Guerre mondiale se développe pour l’industrie italienne un modèle de conception extrêmement original. Si les économies des autres pays portent sur une gestion nationale de la rationalisation de la production, en Italie les nouvelles usines naissent de l’initiative individuelle de simples entrepreneurs. Les entreprises se concentrent sur des expérimentations très libres et créatives. C’est dans cet esprit que naissent tous les plus grands designers italiens qui de l’architecture se déplacent vers le design industriel ; à contrario du reste de l’Europe où ces deux champs de créations sont cloisonnés. Ce contexte est à la base de la naissance du design italien qui trouve son secret du succès dans une alliance du design à l’architecture, de l’artisanat à l’art. Milan devient ainsi la place des plus grands designers italiens de l’époque comme Sergio Asti, Cini Bœri, Jœ Colombo
Les usines mutent d’une grande tradition artisanale vers une production industrielle comme la Tecno. Cette entreprise industrielle est l’expression du dialogue entre Osvaldo Borsani, architecte qui sait interpréter les mutations culturelles et sociales de l’après-guerre, et son père, défenseur de la culture et de la tradition artisanale. La vision d’Osvaldo Borsani est globale : art, design, architecture et artisanat doivent pour lui être en symbiose. La Tecno est ainsi devenue une des entreprises pionnières de la croissance du design italien dans les années 50. Cette entreprise collabore à l’époque avec des artistes comme Fontana, Melotti ou Pomodoro dans la conception de mobilier.

Le cœur de marché du pays en réseau mondial

Un moment clé de la ville de Milan est la Triennale di Milano, qui en 1954 en est déjà à sa dixième Édition. Dès le début, la Triennale est marquée par une conception unitaire de toutes les formes de l’art et d’expressions créatrices, fortement liée aux changements sociaux et au développement économique. Dans la même année est créé à Milan, par Gio Ponti, le prix Compasso d’Oro, le plus important et ancien prix du design mondial.
Milan devenue la capitale économique du pays, où se concentrent nombreuses productions de meubles, est naturellement choisie pour fonder en 1961 le Salone Internationale del Mobile, à l’initiative d’un petit groupe de fabricants de meubles FederlegnoArredo. Elle est organisée par le COSMIT, un des plus anciens comités, ayant pour objectif de rassembler des petits producteurs de meubles très dispersés sur le territoire national. Cette organisation permet de conserver une certaine exigence de production, mais aussi d’accroître les exportations de leur production (souvent de taille très réduite) au-delà même des frontières nationales.
Le Salone de Mobile de Milan est considéré aujourd’hui comme le plus grand salon du mobilier du monde. Se sont également rattachées à cet événement, 6 autres foires : Eurocucina, Euroluce, EIMU, Salone Ufficio, Salone Internazionale del Complemento d’Arredo et le SaloneSattellite né en 1998 (dédié à la mise en avant des jeunes designers de moins de 35 ans).
Le salon s’élargit également à l’international, avec la création de salons Wordwide, avec depuis 2004 un salon à Moscou et depuis 2016 à Shanghai.

Une culture de la création

Depuis la fin des années 60, dans le cadre de la transformation du système de production et, par la suite, de la crise de l’énergie, les usines sont progressivement abandonnées, laissant d’énormes zones en friche au cœur de la ville. Avec l’embellie économique des années 80, Milan bénéficie d’un processus de requalification urbaine et les grands capitaines d’industrie se manifestent comme la continuité des grands mécènes de la Renaissance italienne porteurs de la culture de la création.
Ainsi est créé l’espace Superstudio situé en zone Tortona fondé en 1983 par Flavio Lucchini, le créateur d’importants magazines italiens de la mode comme Amica, L’Uomo Vogue, Casa Vogue, Vogue Bambini, Lei-Glamour. Cette ancienne usine de composants électriques de plus de 5000 m² est devenue progressivement un espace de création polyvalent où se croisent aujourd’hui studios de mode, de design, de photographie, des centres de recherche…
D’autres projets autour d’usines sont réalisés avec succès comme le Design center Ansaldo. Ce lieu de plus de 70 000 m² est acquis en 1994 par la municipalité de Milan qui le destine alors à la diffusion et à la promotion des activités culturelles.
Parmi les exemples plus récents on peut citer plusieurs musées et fondations tous connotés par le gigantisme des espaces marquant l’esprit renouvelé de la Renaissance : Le Hangar Bicocca de 9500 m² créé par la fondation Pirelli en 2004, le Mudec Museo delle Culture (17 000 m²) fondé en 2015, la Fondation Prada (20 000 m²) en 2015....
Considérant l’importance de l’effervescence du marché du design, Gilda Bojardi, directrice du magazine de design INTERNI, fonde en 1990 le Fuorisalone, un concept événementiel autour de la foire annuelle du Design qui dynamise la ville entière et son économie. Ses spécificités : entrées libres, partage, gratuité, esprit festif et prospective de tendances.
Quand la culture de la création sert l’économie d’une ville.

Carlotta Montaldo
Publié le 27/04/2016
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

 

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Federico Maccapani pour Missoni, Design Week 2014 © Ph Mbroidered Vue du jardin de la Triennale di Milano © Ph Triennale di Milano Vue de zona tortona © Ph Fuorisalone Vue de l’extérieur de superstudio © Ph Superstudiogroup Superstudio © Ph superstudiogroup Design center ex ansaldo © Ph ansaldo Design center ex ansaldo © Ph ansaldo Mudec museo delle culture © Ph Mudec Hangar Bicocca © Ph fondation Pirelli Fondazione Prada © Ph Fondazione Prada

Federico Maccapani pour Missoni, Design Week 2014
© Ph Mbroidered

« 1 / 10 » ×


©

×