Analyse à décoder

Cas de collectionneur : Paul-Emmanuel Reiffers

Analyse à décoderArt contemporain | Les impressions d’Afrique, la sensation d’espace et de liberté, « l’ouverture aux autres et la tolérance » infusent l’enfance de Paul-Emmanuel Reiffers, qui grandit en Côte d’Ivoire. Son père, expatrié à Abidjan dans les années 1960, coopérant, y crée une entreprise de conseil et participe à l’essor économique fulgurant du pays, insufflant à son fils le goût de tous les possibles.

Paul-Emmanuel Reiffers devant un bronze de Thomas Houseago de 2013, intitulé « Yet to Be Titled (Helmet Head on Plinth) » © DR
1 / 4
Paul-Emmanuel Reiffers devant un bronze de Thomas Houseago de 2013, intitulé « Yet to Be Titled (Helmet Head on Plinth) »
© DR

Le déclic

L’esprit de collectionneur de ses grands-parents esthètes, qu’il visite chaque année, alimente encore son imaginaire. De cette ambiance de collections XVIIIe et de peintures impressionnistes, reste dans sa mémoire un tableau de Paul Gauguin, une fenêtre ouverte sur l’ailleurs, une échappée. A 14 ans, il vit le retour de la famille à Aix-en-Provence comme un « carcan ». A 16 ans, à Paris, il retrouve avec avidité l’esprit de brassage qui l’inspire et dont il a besoin : « A Paris, vous refaites votre vie tous les jours. »

L’art contemporain

« La nouveauté est une nouvelle façon de concevoir aujourd’hui ». Pour Paul-Emmanuel Reiffers, fondateur du groupe de communication […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Lire aussi

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Paul-Emmanuel Reiffers devant un bronze de Thomas Houseago de 2013, intitulé « Yet to Be Titled (Helmet Head on Plinth) » © DR Rashid Johnson/Matthew Day Jackson, exposition «New American Art», Studio des Acacias, Paris, octobre 2015 © © Photo Mario Palmieri Mark Handforth, «English Rose», 2007 © Photo Stéphane Gallois Louise Bourgeois, «Couple», 2001 © DR

Paul-Emmanuel Reiffers devant un bronze de Thomas Houseago de 2013, intitulé « Yet to Be Titled (Helmet Head on Plinth) »
© DR

« 1 / 4 » ×


©

×