Analyse à décoder

Cas de collectionneur : Marie-Magdeleine Lessana

Analyse à décoderArt contemporain |  » Je ne suis bien qu’avec des artistes ». Dans les méandres d’un paysage généalogique où les noms et les châteaux traversent les générations, Marie-Magdeleine Lessana tisse une filiation à l’art en affinité avec une grand-mère, Marthe de Savignies, aristocrate anticonformiste proche des poètes et des artistes.

Marie-Magdeleine Lessana devant ’’Rouge plasmique’’ de Jean-Pierre Bertrand © DR
Marie-Magdeleine Lessana devant ’’Rouge plasmique’’ de Jean-Pierre Bertrand
© DR

Déclic

Pour la petite-fille, cette personnalité lumineuse est « un phare » dans le contrechamp sombre d’une enfance austère imprimée par ses parents ; elle n’a droit qu’au strict nécessaire, l’argent est compté, les artistes sont des « pique-assiette ». Privée de plaisir et de contemporanéité, la seule mauvaise élève d’une fratrie de sept enfants, sans cesse houspillée, se cache pour copier « en douce » des reproductions de dessins de Vincent Van Gogh ; s’approcher au plus près de la structure de son trait est une libération. Elle continue à s’émanciper à travers des études de mathématiques très poussées et « des tentatives de peindre » ; elle devient psychanalyste et écrivain, écrit un bestseller, ’Entre mère et fille : un ravage’.

Art contemporain

Chercher le sens ou la signification d’une œuvre ne l’intéresse pas. « L’art donne ce que l’on n’a pas et ce que l’on ne possède pas » ; il est une force en prise avec l’idée de risque, il active « une brèche dans le lisse de la surface sociale, du consensuel ».

Première œuvre

Dans l’atelier de Jean-Charles Blais, elle sauve une peinture mise au rebut, représentant « un corps debout marchant dans l’eau » ; ce désir salutaire incite l’artiste à la ressusciter et accepte de la lui vendre.

Collectionner

La collection s’élabore au début dans l’euphorie d’un projet de vie avec son second mari ; ils acquièrent en 1987 une maison dans Paris « pour y montrer de l’art et faire venir des artistes », immergés dans l’effervescence des années 1980-1990, la jouissance de rencontres, les soirées dans les brasseries de Montparnasse où se mêlent artistes et intellectuels. Des liens étroits se nouent avec Yvon Lambert, les achats se font dans la légèreté d’une résonance, Richard Tuttle, Tony Cragg... Le couple, animé par l’enthousiasme de voir naître des projets d’artistes, produit des expositions dans son loft. Après son divorce, elle continue à acheter de l’art, inscrivant une démarche plus en profondeur, en osmose avec les artistes ; son Klossowski de la série ’Roberte et les camionneurs’ est le fruit d’une longue quête pour trouver la perle rare ; son grand ’Rouge plasmique’ de Jean-Pierre Bertrand est acquis après avoir vu le pavillon français à la Biennale de Venise en 1999, « de la vie à l’état pur », « le battement de cœur de ma maison » ; son aquarelle de nuages de l’artiste britannique John Richard Ballard compose dans sa chambre un espace de ciel ; sa photographie ’Marilyn aux roses’ de Bert Stern se retrouve sur la couverture de son essai ’Marilyn, portrait d’une apparition’, publié en 2005 ; son homme couché de Xavier Veilhan induit un champ de perturbation entre humour et gravité... Quand Sophie Calle l’invite à participer à son projet de la Biennale de Venise (2007), ’Prenez soin de vous’, où 107 femmes sont sollicitées pour commenter une lettre de rupture dont l’artiste est l’objet, elle adhère à l’expérience. « Je collectionne l’art à l’œuvre, un moment, une œuvre qui dit un moment. »

Argent

L’argent et l’art sont étroitement liés au désir. « L’acte d’acheter est un événement, un acte érotique » qui engage. La proximité de l’art, des œuvres, des artistes, le mouvement de l’événement s’avèrent pour Marie-Magdeleine Lessana une nécessité vitale qui nourrit son propre espace de création, le fil de son activité d’écrivain.

Nina Rodrigues-Ely
Publié le 04/08/2015
Copyright © Observatoire de l'art contemporain - Tous droits réservés
Pour en savoir plus ou pour utiliser ce contenu, merci de nous contacter »

Lire aussi

Liens externes

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Marie-Magdeleine Lessana devant ’’Rouge plasmique’’ de Jean-Pierre Bertrand © DR

Marie-Magdeleine Lessana devant ’’Rouge plasmique’’ de Jean-Pierre Bertrand
© DR

×


©

×