Analyse à décoder

Les foires ou les mécaniques d'un pouvoir

Analyse à décoderMarché de l'art | Sous un angle géostratégique se dessine depuis quelques années une cartographie des foires d’art contemporain en phase avec les mutations de la mondialisation. Développées dans les années 70 en Europe à l’initiative des galeries pour se rassembler et se doter d’une visibilité, elles se sont depuis multipliées tout azimut. Certaines foires majeures prennent une position dominante dans la globalité du marché de l’art, cristallisant des enjeux commerciaux, culturels, identitaires ou financiers. Apparaît un véritable « marché des foires » marqué par une concurrence acharnée et des stratégies d’influence sur les tendances de l’art actuel.
Eclairage sur les mécaniques d’un pouvoir.

Fiac, Grand Palais, Paris © Emmanuel Nguyen Ngoc
Fiac, Grand Palais, Paris
© Emmanuel Nguyen Ngoc

A l’origine, une union qui fait la force d’un pouvoir

Remontons le temps juste après la 2de guerre mondiale. Les Etats-Unis dominent la scène internationale de l’art, favorise une nouvelle liberté, de nouvelles attitudes; Paris perd peu à peu sa position de leadership du marché de l’Art Moderne tandis que New York devient la capitale mondiale de l’art contemporain. Au cours des années 70, trois villes européennes, Cologne, Bâle, Paris créent un nouveau modèle à partir de cette conjoncture.

1967- Cologne une foire pionnière et fédératrice

Au cours des années 60, c’est en Allemagne de l’ouest, que naît l’idée de foire d’art contemporain. La Rhénanie, riche et industrielle, est héritière d’une culture […]

Il vous reste 75 % de l’article à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article…

Abonnez-vous à notre newsletter !

Si vous êtes déjà abonné(e) à notre newsletter,
merci de saisir votre adresse e-mail

Suivez-nous sur FacebookSuivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur LinkedInSuivez-nous sur InstagramContactRechercher

English version

Fiac, Grand Palais, Paris © Emmanuel Nguyen Ngoc

Fiac, Grand Palais, Paris
© Emmanuel Nguyen Ngoc

×


©

×